VSE / AES

Association des entreprises électriques suisses: La demande augmente alors que l'offre diminue: la branche électrique souhaite agir

Prévision 2006 sur l'approvisionnement de la Suisse en électricité jusqu'en 2035/2050 Aarau (ots) - Quelles sont les décisions à prendre dès aujourd'hui pour assurer à l'avenir un approvisionnement en électricité fiable, rationnel et respectueux de l'environnement? Une nouvelle étude de l'AES apporte à cette question des réponses étoffées: le manque de production qui se profile à l'horizon peut être évité au moyen d'une combinaison de plusieurs mesures. En sa qualité d'association faîtière de la branche, l'AES prône une combinaison harmonieuse des modes de production: force hydraulique, énergie nucléaire, énergies renouvelables et, comme solution transitoire, construction de centrales au gaz naturel. Mais la sécurité d'approvisionnement ne dépend pas seulement de la construction de nouvelles centrales nucléaires; il convient également d'assurer la performance des réseaux et de mettre en place une gestion fiable du système. La balle est maintenant dans le camp des organes politiques. A eux de relever également les défis esquissés et d'agir sans tarder en collaboration avec la branche électrique. Le mardi 30 mai 2006, l'AES a présenté les résultats de son étude "Prévision 2006 sur l'approvisionnement de la Suisse en électricité jusqu'en 2035/2050", qui s'inscrit dans la lignée de nombreux travaux antérieurs. Elaborée en étroite collaboration avec plusieurs entreprises membres, cette nouvelle étude tient compte de la libéralisation des marchés et de l'évolution des politiques environnementales en Suisse et en Europe. Reflétant la position de la branche électrique en suivant les perspectives de l'économie nationale et de l'économie énergétique, la Prévision 2006 aboutit à des conclusions importantes et met en lumière les tâches à aborder et les champs d'action. Nous dépendons de plus en plus de l'électricité La société en général et l'économie en particulier comptent sur un approvisionnement électrique national qui soit sûr, concurrentiel et respectueux de l'environnement. Un tel approvisionnement constitue une condition sine qua non à la fois de la croissance économique, c'est-à-dire d'une production concurrentielle sur le plan international, mais aussi d'une exploitation sans accroc de nombreux appareils que nous apprécions dans notre quotidien. Bien que l'on puisse prévoir une stabilisation, voire une diminution de la consommation énergétique globale, l'électricité restera incontournable. En effet, si des mesures visant l'amélioration de l'efficacité énergétique ou la substitution de certaines formes d'énergie permettent bien de réaliser des économies sur le plan des agents énergétiques concernés, elles entraînent souvent une augmentation de la consommation électrique. Les effets de l'utilisation croissante des pompes à chaleur permettent d'illustrer cette règle de manière très parlante. La branche électrique s'attend à une hausse persistante des besoins en électricité La consommation d'électricité en Suisse a constamment augmenté, exception faite de quelques courtes périodes marquées par une situation économique particulièrement morose. Malgré les progrès indéniables en matière d'efficacité énergétique, cette tendance n'est pas prête à s'inverser. En effet, de par leur nombre et leurs tailles, les appareils et installations électriques nouvellement mis en service ont une incidence qui dépasse de loin les potentiels d'économies, qui sont par ailleurs eux aussi considérables! Reste à savoir avec quelle intensité et à quelle vitesse la demande en électricité augmentera. Sur la base de divers scénarios, l'AES propose une fourchette dans laquelle se situera vraisemblablement l'évolution de la demande. A la limite supérieure de la plage de prévision, la consommation nationale d'électricité, actuellement de 60 milliards de kilowattheures (TWh), se profile à 84,5 TWh pour 2035 et à 91 TWh d'ici 2050. A la limite inférieure de la plage, la consommation nationale d'électricité passera à 71 TWh en 2035 pour stagner à ce niveau. La Suisse a besoin de nouvelles lignes et centrales électriques Pour assurer la sécurité d'approvisionnement de la Suisse, il est impératif d'investir dans les centrales existantes, dans de nouvelles centrales, ainsi que dans les réseaux. Dans le cas contraire, le pays devra faire face à une pénurie d'énergie électrique. Il ne s'agit d'ailleurs pas uniquement de la quantité d'électricité produite, mais également de la disponibilité de capacités de production en termes de puissance. En outre, le réseau de transport suisse doit bénéficier rapidement de travaux d'extension. Les centrales actuelles et les contrats de prélèvement de longue durée conclus avec des centrales étrangères sont en mesure de couvrir de justesse la demande de puissance lors de situations tendues, et bientôt ils ne seront plus à même de le faire. Ces considérations se fondent sur l'évaluation d'une "base de production assurée", qui tient compte d'une durée d'exploitation de 50 à 60 ans pour les centrales nucléaires, d'une légère baisse de la production hydraulique due à un renforcement des dispositions en matière de débits résiduels et au changement climatique, ainsi que d'une augmentation substantielle de la production issue des énergies alternatives et de petites installations. L'importation n'est pas la solution Pour la première fois de son histoire énergétique, la Suisse a consommé en 2005 plus d'électricité que ses centrales n'en ont produit. Le manque a pu être comblé à court terme grâce à la fourniture venue de divers pays d'Europe. Mais pour garantir la sécurité d'approvisionnement de manière durable, une stratégie basée sur l'importation n'est pas une solution. Au contraire, elle aurait de nombreuses conséquences négatives: perte d'emplois, de savoir-faire et de création de valeur, mais aussi dépendance incontrôlable des pays voisins, où les prix augmentent avec une production d'électricité de plus en plus juste. Un haut niveau de sécurité d'approvisionnement ne peut être garanti que si les capacités de production indigènes ne sont pas trop limitées. La contribution des énergies alternatives est précieuse mais limitée La branche électrique s'engage depuis de nombreuses années déjà dans le domaine des énergies alternatives, aussi bien sur le plan de la recherche qu'au niveau de la production et de la commercialisation. Ses efforts portent plus particulièrement sur les mini-centrales hydrauliques, l'énergie éolienne, la photovoltaïque, la biomasse et la géothermie. Toutefois, les potentiels de développement technique et économique sont limités. Malgré la forte promotion financière visée, à hauteur de plusieurs centaines de millions de francs par année, la production basée sur les nouvelles énergies renouvelables ne dépassera pas 10 % de la consommation nationale actuelle. Il s'agit donc d'une contribution potentiellement considérable, mais néanmoins insuffisante à elle seule. Les énergies hydraulique et nucléaire, principaux piliers de l'approvisionnement en électricité La production hydraulique et la production nucléaire constituent actuellement déjà les piliers de l'approvisionnement suisse en électricité, avec des parts respectives de 60 % et 40 % environ. A l'avenir également, ces deux modes de production d'électricité, par ailleurs exempts d'émissions de CO2, garderont toute leur importance. En vue de couvrir le manque de production qui se profile, l'AES propose une combinaison de plusieurs types de production basée sur les deux piliers principaux actuels ainsi que sur deux piliers complémentaires. Cette solution, qui présente selon l'AES un maximum d'avantages, peut être décrite comme suit: - Extension maximale des capacités de la production hydraulique, dont le potentiel réside surtout dans les réserves de puissance. - Acceptation de l'énergie nucléaire, qui permet une fourniture fiable et écologique de grandes quantités d'électricité à un prix avantageux. Afin d'assurer le remplacement des centrales existantes, il est nécessaire de prendre rapidement les décisions qui s'imposent. - Exploitation accrue des nouvelles énergies renouvelables, mais sans surestimer les limites de leurs potentiels de développement technique et économique. - Construction de centrales au gaz naturel, qui constituent de bonnes solutions transitoires grâce à leur grande flexibilité; elles peuvent être réalisées relativement rapidement, mais il faut au préalable clarifier la procédure d'autorisation ainsi que la politique suisse en matière de CO2. Cette combinaison de modes de production permet de garantir la sécurité d'approvisionnement à long terme et à un prix abordable, à condition que les réseaux bénéficient parallèlement de mesures d'optimisation et de renforcement. En outre, il convient de poursuivre les nombreux efforts visant à améliorer l'efficacité énergétique des diverses applications. De longues procédures entravent la capacité d'action La sécurité d'approvisionnement ainsi que l'impact environnemental et le prix de l'approvisionnement national en électricité dépendent fortement du délai dans lequel il sera possible de réaliser des mesures concrètes. La branche électrique, quant à elle, n'attend que le signal du départ: elle prévoit déjà de procéder, au fil des prochaines décennies, à des investissements dont le volume total dépassera largement la dizaine de milliards de francs. La balle est maintenant dans le camp des organes politiques: il faut des procédures rapides et des règles juridiques stables et fiables. Les conditions-cadre juridiques actuelles concernant la construction de centrales et de réseaux sont trop complexes et voraces en temps. C'est aux instances politiques de créer des conditions favorables à la garantie d'une haute sécurité d'approvisionnement sur le long terme. Association des entreprises électriques suisses (AES) L'AES est l'association faîtière de la branche électrique suisse. Elle s'engage en faveur de l'amélioration des conditions cadre de la politique énergétique ainsi que d'un approvisionnement fiable, informe la population sur des thèmes ayant trait à l'électricité et offre à ses membres de nombreuses prestations. ots Originaltext: Association des entreprises électriques suisses Internet: www.presseportal.ch/fr Contact: Elisabeth Boner responsable Communication, AES Kurt Wiederkehr chef de projet "Prévision 06" et responsable Economie énergétique, AES Tél. +41/62/825'25'25 Jean-François Dupont Les Electriciens Romands, Lausanne Tél. +41/21/310'30'30

Plus de communiques: VSE / AES

Ces informations peuvent également vous intéresser: