Agroscope Liebefeld-Posieux (ALP)

Teneurs en mycotoxines des céréales fourragères 2004: une situation réjouissante dans l’ensemble

      Posieux (ots) - Les analyses réalisées par Agroscope
Liebefeld-Posieux (ALP), la station fédérale de recherches en
production animale et laitière, sur les infestations en mycotoxines
montrent que les céréales fourragères sont, dans l’ensemble, d’une
qualité satisfaisante. Des 210 échantillons prélevés seuls quelques
échantillons de blé contenaient des teneurs en mycotoxines élevées.
Par contre, parmi les échantillons d’avoine analysés un quart
présentaient des valeurs élevées de la toxine T2. La prudence est de
mise lors de la distribution d’aliments contaminés par des
mycotoxines aux porcs et aux volailles qui sont sensibles à ces
dernières.

    Cet automne comme chaque année, ALP a analysé les céréales fourragères suivantes: blé, triticale, orge, avoine et maïs. Dans certains échantillons de blé, une teneur élevée de la mycotoxine déoxynivalénol (3 échantillons) et de zéaralénone (2 échantillons) a été enregistrée. Ces échantillons lourdement contaminés sont apparus suspects au personnel du centre collecteur lors de la réception, qui les a retirés immédiatement du commerce.

    Dans les échantillons mentionnés, il s’agissait de blé qui avait été cultivé en semis direct après du maïs. Comme des précédentes recherches d’Agroscope FAL Reckenholz l’ont démontré, ce système de culture favorise la formation de moisissures et ainsi la production de mycotoxines.

    Contrairement aux années précédentes, le triticale examiné comportait des teneurs moins élevées de déoxynivalénol et de zéaralénone. Ceci concerne également les échantillons d’avoine examinés. Toutefois, un quart de ces échantillons accusaient des teneurs élevées en toxine T2. Dans les échantillons de maïs, la mycotoxine fumonisine n’était pas présente en quantité marquée. Par contre, tous les échantillons contenaient des teneurs élevées en déoxynivalénol et en zéaralénone. Ces mycotoxines étaient présentes en quantité minimes dans l’orge analysée.

Prendre garde aux quantités maximales avec les animaux sensibles

    Les jeunes porcs, les truies d’élevage et les volailles sont particulièrement sensibles aux aliments contaminés par les mycotoxines. Chez le jeune porc, c’est la prise d’aliment et la croissance qui peuvent être perturbées, chez la truie d’élevage la fertilité. Aussi bien chez les volailles que chez les porcs, une telle alimentation peut conduire à des faiblesses immunitaires, des vomissements et des diarrhées. Il faut donc être particulièrement prudent avec ces animaux particulièrement sensibles et suivre les recommandations d’ALP en matière de valeurs maximales. (voir tableau annexé).

Renseignement complémentaire: Claude Chaubert Agroscope Liebefeld-Posieux  (ALP),   CH-1725 Posieux Tél. 026 407 72 43 E-Mail: claude.chaubert@alp.admin.ch

Vous trouvez également ce communiqué de presse sur notre page d’accueil sous: www.alp.admin.ch



Plus de communiques: Agroscope Liebefeld-Posieux (ALP)

Ces informations peuvent également vous intéresser: