Schweizerischer Gewerkschaftsbund SGB

Heures d'ouverture des commerces La droite veut passer en force - les syndicats prêts à lancer le référendum !

Bern (ots) - Le Conseil des États a accepté aujourd'hui la proposition du Conseil fédéral concernant la mise en oeuvre de l'initiative parlementaire Lüscher. L'Union syndicale suisse (USS) et le syndicat Unia rejettent tant les propositions que celle du Conseil fédéral, parce qu'elles entraîneraient une augmentation du travail de nuit. Si les partisans de la dérégulation devaient s'imposer lors de prochaines délibérations parlementaires, Unia et l'USS décideraient du lancement d'un référendum. Des propositions en ce sens sont déjà prêtes à être soumises aux instances décisionnelles.

Le Conseil des États a aussi accepté la motion Lombardi. Celle-ci demande des heures d'ouverture des commerces minimales de 6 à 20 heures (lundi-vendredi) et de 6 à 19 heures (samedi) pour toute la Suisse. Nombre de cantons seraient contraints de prolonger massivement les heures d'ouverture des commerces sur leur territoire et les conditions de travail de dizaine de milliers de travailleurs et travailleuses de la vente s'en trouveraient dégradées.

Les syndicats ne comprennent pas ces décisions du Conseil des États. Alors que la population rejette les unes après les autres de nouvelles propositions de dérégulation, les lobbyistes bourgeois du commerce de détail n'arrêtent pas de lancer de nouveaux projets de prolongation des heures d'ouverture des commerces. Les syndicats seront toujours prêts à mettre fin à ce harcè-lement, si nécessaire au moyen d'un référendum.

Seule petite lueur d'espoir dans les débats d'aujourd'hui au Conseil des États : le rejet de la motion radicale Hutter, qui entendait permettre aux cantons de fixer sans restriction aucune des heures d'ouverture des points de vente et des entreprises de service. Ce serait là un grand pas en direction de la disparition de l'interdiction fondamentale du travail de nuit et du travail du di-manche.

Contact:

Luca Cirigliano (076 335 61 97), secrétaire central de l'USS, Vania
Alleva (079 620 11 14), vice-présidente de l'USS et membre du comité
directeur d'Unia, et
Ewald Ackermann (079 660 36 14), service de la communication de
l'USS, se tiennent à votre disposition pour tout complément
d'information.



Plus de communiques: Schweizerischer Gewerkschaftsbund SGB

Ces informations peuvent également vous intéresser: