Schweizerischer Gewerkschaftsbund SGB

Les arguments de l'OFAS pour baisser les rentes du 2e pilier sont maigres
Perspectives financières des caisses de pensions : les analyses de l'USS

Bern (ots) - Malgré le verdict net sorti des urnes en 2010 (75 % de non), l'Office fédéral des assurances sociales (OFAS) revient déjà avec la proposition de baisser le taux de conversion minimal LPP (2e pilier). Mais les arguments qu'il avance dans le rapport sur l'avenir du 2e pilier sont bien maigres.

C'est pourquoi l'Union syndicale suisse (USS) a décidé de réaliser ses propres analyses sur les thèmes suivants : rendement potentiel, espérance de vie et coûts administratifs. Elles montrent que les bases livrées par l'OFAS sont insuffisantes et donnent une image unilatéralement trop pessimiste de la réalité. Elles montrent aussi qu'en ce qui concerne les coûts administratifs, beaucoup d'argent du 2e pilier profite à des tiers (assurances, banques, etc.), alors qu'il appartient en fait aux personnes assurées.

Lors d'une conférence de presse qui aura lieu le

lundi 19 mars 2012, 9 h 30, à l'Hôtel Bern (Unionssaal), Zeughausgasse 9, Berne,

l'USS présentera les résultats des trois rapports susmentionnés et procédera à une évaluation politique des propositions faites par l'OFAS dans son rapport sur l'avenir du 2e pilier.

Les personnes suivantes interviendront : - Paul Rechsteiner, président de l'USS - Daniel Lampart, économiste en chef et premier secrétaire de l'USS - Doris Bianchi, secrétaire dirigeante de l'USS - Aldo Ferrari, membre de la Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle et du comité directeur du syndicat Unia

Contact:

Ewald Ackermann, service de la communication de l'USS 031 377 01 09
ou 079 660 36 14



Plus de communiques: Schweizerischer Gewerkschaftsbund SGB

Ces informations peuvent également vous intéresser: