Schweizerischer Gewerkschaftsbund SGB

De nouveaux programmes d'austérité accentuent les failles sécuritaires à la frontière

Bern (ots) - Les lacunes journalières de sécurité à la frontière consécutives aux réductions de postes ne laissent pas d'inquiéter. Le Conseil fédéral ne voit pas la nécessité ou n'a pas la volonté de remédier rapidement à ce danger. D'où les démarches de garaNto, qui a rappelé aujourd'hui à M. Merz ses responsabilités et requis des membres du Conseil des États leur appui aux suppléments de postes. La situation en matière de personnel à la douane et au Corps des gardes-frontière est délicate. En conséquence, les taux de contrôle à la frontière et dans la zone frontalière sont trop bas en ce qui concerne les contrôles de personnes et de marchandises. De même, trop peu de personnel est à disposition pour combattre la criminalité transfron- talière, les migrations illégales et la contrebande dans des domaines sensibles comme, notamment, les armes, les stupéfiants et la falsification de produits de consommation. Les programmes d'austérité et d'allégement budgétaires 03 et 04 de la Confédération et l'abandon de tâches ont conduit à des vulnérabilités à la frontière qui ne sont plus admissibles. Or, au lieu de pallier ces insuffisances, le Conseil fédéral, par le biais du programme de consolidation pour 2010, projette une nouvelle réduction d'emplois à la Confédération de 2 % ou 700 postes au total d'ici à 2013. De son côté, garaNto rejette fermement toute nouvelle mesure d'austérité aux dépens de la sécurité et du person-nel de la douane et des gardes-frontière. La précarité de la situation en matière de personnel est aggravée par l'intention mani-festée par l'armée de ne mettre à partir de 2010 à disposition du Cgfr que 50 membres de la Sécurité militaire (Sécmil) au lieu de 100. Il est pour le moins surprenant que le DDPS - qui se pose volontiers en garant ultime de la sécurité et de la souveraineté du pays - ignore superbement le risque sécuritaire au quotidien à la frontière ! Le Conseil national a déjà reconnu les risques à la frontière, qui a souscrit dès le 11 juin dernier à deux interventions parlementaires, soit à la motion Hans Fehr (08.3510) et au postulat Hildegard Fässler-Osterwalder (08.3513). Ces deux députés demandent à juste titre l'augmentation des effectifs de la douane et du Cgfr et une densité de contrôle accrue à la frontière et à l'intérieur du pays. Le Conseil des États examinera à son tour la motion Fehr au cours de sa session d'hiver. Le syndicat garaNto invite sénatrices et sénateurs à se rallier à cette motion. Enfin, garaNto prévient le ministre des finances des conséquences pour la sécurité du pays et de la mauvaise humeur croissante du personnel de la douane et des gardes-frontière, qui appellent toujours plus fortement à des actions syndicales. Contact: Le syndicat du personnel de la douane et des gardes-frontière Renseignements: André Eicher, secrétaire central de garaNto, tél. 079 380 52 53

Ces informations peuvent également vous intéresser: