Schweizerischer Gewerkschaftsbund SGB

Journée internationale de la femme de ménage - L'USS demande une meilleure protection des nettoyeuses et nettoyeurs

    Bern (ots) - Aujourd'hui, c'est la journée internationale de la femme de ménage. Une journée qui nous rappelle l'existence de personnes et d'une profession pas assez considérée. Or, beaucoup de choses ne tourneraient pas vraiment rond dans notre société sans ces femmes et ces hommes qui nettoient et font de l'ordre pour les autres, jour après jour.

    Les employé(e)s du secteur du nettoyage - la statistique le prouve - sont particulièrement menacés par la pauvreté ; nombre d'entre eux et elles sont des travailleuses et travailleurs pauvres (« working poor »). Cette branche est en outre fortement marquée par les pressions sur les salaires et la sous-enchère salariale, le travail au noir y est fréquent et les désavantages subis par les nettoyeuses et nettoyeurs en matière de sécurité sociale sont notoires.

    L'Union syndicale suisse (USS) défend depuis longtemps les intérêts des employé(e)s de la branche du nettoyage. Une de ses principales revendications est l'édiction d'un contrat-type de travail - comme Genève l'a déjà fait pour l'économie domestique - qui améliorerait la situation professionnelle et la sécurité tant matérielle que sociale des travailleuses et travailleurs de cette branche.

    En Suisse, la journée internationale de la femme de ménage doit être l'occasion d'examiner enfin sérieusement cette revendication syndicale et de la réaliser une bonne fois.

Contact: Daniel Lampart (079-205 69 11), économiste en chef de l'USS, se tient à votre disposition pour tout complément d'information.



Plus de communiques: Schweizerischer Gewerkschaftsbund SGB

Ces informations peuvent également vous intéresser: