Schweizerischer Gewerkschaftsbund SGB

Journée Internationale de la Jeunesse: Plutôt que d’être punis, les jeunes ont besoin de plus de formation et d’emplois

Berne (ots) - Pour nombre de jeunes de Suisse, la Journée internationale de la Jeunesse du 12 août ne sera pas sujet de réjouissance. Cela fait en effet des années qu’il y a pénurie de places d’apprentissage et d’emplois après une première formation. Les derniers chiffres du chômage publiés par le SECO le 8 août dernier le confirment : les jeunes sont ceux qui profitent le moins de la reprise économique. Le chômage est en baisse dans toutes les catégories de chômeuses et chômeurs, même chez les plus de 50 ans, alors que ce n’est pas le cas pour les jeunes de 15 à 24 ans. Et même celles et ceux qui ont trouvé une place d’apprentissage ne sont pas au bout de leurs peines. La CNA (SUVA) le montre bien avec la campagne de prévention qu’elle lance ce 12 août à l’intention des apprenti(e)s : celle ou celui qui a trouvé une place d’apprentissage sera confronté à un important risque d’accident professionnel. Pour un(e) apprenti(e), un tel risque est de fait 1,7 fois plus important que pour le personnel qualifié exerçant la même profession. Or, malgré l’utile cam¬pagne de la CNA, ce risque devrait même augmenter si le Conseil fédéral n’atténue pas, en proposant une ordonnance efficace sur la protection des jeunes, les effets du relèvement de l’âge de protection des jeunes adopté par la majorité de droite du Parlement fédéral. Les apprenti(e)s ont plus que jamais besoin de faire valoir leurs droits. Pour autant qu’ils les connaissent. C’est la raison pour laquelle la Commission de jeunesse de l’USS a mis à jour à temps pour la Journée Internationale de la Jeunesse son guide : « Je défends mes droits – Jeune, apprentie, apprenti : tes droits de A à Z », et pour la première fois en italien (www.jeunesse-syndicale.ch) Avec leurs outils, la CNA et l’USS sont plus utiles aux jeunes pour leur avenir que la discussion, dénuée de toute crédibilité et purement électoraliste, lancée sur la « violence des jeunes » par d’aucuns, notamment dans le but de punir encore plus ces derniers. Peter Sigerist (031 377 01 23) secrétaire en charge de la formation et de la jeunesse à l’USS, se tient à votre disposition pour tout complément d’information.

Ces informations peuvent également vous intéresser: