Schweizerischer Gewerkschaftsbund SGB

EMBARGO : 13 mars 2007, 12 heures Comptes annuels de l’AVS - Les finances permettent une retraite à la carte accessible à tout le monde !

Berne (ots) - Outre un bon produit des placements, les comptes 2006 de l’AVS bouclent sur un excellent résultat par répartition. Une fois de plus, il apparaît que le financement de cette assurance est solide. Et le mécanisme appliqué permet aussi de compenser les effets de l’évolution démographique, comme ce fut d’ailleurs déjà le cas ces 59 dernières années.

Les scénarios du Conseil fédéral, qui ne cessent d’annoncer la faillite imminente de l’AVS, sont erronés. Il y a sept ans, le gouvernement suisse prévoyait pour 2006 un déficit de 1,229 milliard de francs, un compte de capital de 12,772 milliards de francs et un « taux de couverture » tombé à 42 pour cent seulement. Si la situation avait évolué selon ces scénarios, il aurait fallu relever la TVA de 1 pour-cent en 2003 déjà. Les chiffres de fin 2006 prouvent que le gouvernement est un mauvais pronostiqueur : pour les années 2000 à 2006, la différence cumulée entre ses pronostics et la réali-té est en effet énorme. Ainsi, le Conseil fédéral s’est trompé de 13,6 milliards de francs (des détails chiffrés sur : www.sgb.ch/uploads/files/AHV-Zahlen.pdf) !

Or c’est précisément en s’appuyant sur ces scénarios catastrophe que le Conseil fédéral n’a cessé de justifier ses projets de démantèlement, comme le fut la première mouture de 11e révision de l’AVS rejetée dans les urnes. C’est également sur la base de ces pronostics financiers que le Conseil fédéral refuse depuis des années de mettre en place un système de retraite à la carte décent.

Les comptes 2006 de l’AVS prouvent qu’il existe une marge de manœuvre pour une retraite à la carte comme celle demandée par l’initiative de l’USS « pour un âge de l’AVS flexible ». Coûtant entre 750 et 950 millions de francs, cette solution est avantageuse, au vu des prestations proposées. Et même avec un tel système de retraite à la carte, l’AVS serait restée dans les chiffres noirs.

Les chiffes de l’AI sont par contre alarmants. L’AI a le plus rapidement possible besoin d’un financement additionnel afin d’atténuer son déficit et résorber les dettes qu’elle a accumulées.

Colette Nova (079 428 05 90), secrétaire dirigeante de l’USS en charge de ce dossier, se tient à votre disposition pour tout complément d’information.



Plus de communiques: Schweizerischer Gewerkschaftsbund SGB

Ces informations peuvent également vous intéresser: