Schweizerischer Gewerkschaftsbund SGB

Journée d’information sur les caisses de pensions de la Communauté de négociation du per-sonnel de la Confédération (CNPC)

Berne (ots) - La journée d’information organisée cet après-midi par la CNPC sur les caisses de pensions a montré que les employées et employés de la Confédération manifestent un grand intérêt pour la politique de cette dernière en matière de caisses de pensions. La sécurité financière des personnes qui, entrées en retraite, n’exercent plus d’activité rémunérée est un progrès historique du 20e siècle. En tant qu’employeuse, la Confédération doit ici continuer à jouer une rôle exemplaire. C’est dans ce but que les environ 100 employé(e)s de la Confédération et membres des syndicats de la CNPC, que sont l’APC, garaNto et le ssp, ont adopté la résolution suivante : R é s o l u t i o n Les syndicats APC, ssp et garaNto ne sont pas prêts à accepter qu’un nouveau démantèlement des prestations servies par la caisse de pensions « Publica » s’ajoute à la pression aux économies et à la compression du personnel qui, relevant de motifs purement politiques, se font toujours plus arrogantes. Lors de la journée d’information de la CNPC sur les caisses de pensions, les nombreux employés et employées de la Confédération présents, directement concernés, ont formulé les revendications suivantes : 1. La retraite à 62 ans, complétée d’une rente transitoire jusqu’à l’âge AVS ordinaire, est un acquis auquel il n’est pas question de renoncer. Et à l’avenir non plus, rien ne doit changer à ce chapitre. 2. La pleine compensation du renchérissement sur les rentes ne doit pas être biffée. Cela conduit à long terme à une perte de pouvoir d’achat inacceptable. Les responsables de Publica veillent dès maintenant à ce que la caisse de pensions de la Confédération soit le plus rapidement possible en mesure de la garantir par ses propres moyens. 3. Le passage à un rythme accéléré de la primauté des contributions à la primauté des prestations n’est acceptable que s’il n’entraîne pas simultanément un démantèlement des prestations. La charge financière de la Confédération s’en trouvant fortement allégée, celle-ci doit mettre à profit sa nouvelle marge de manœuvre pour augmenter ses cotisations afin de maintenir l’actuel niveau des prestations de l’ensemble du personnel de la Confédération. 4. La rente transitoire versée jusqu’à l’âge AVS ne doit pas devenir un produit de luxe, c’est-à-dire être hors de prix pour le commun des salarié(e)s. C’est pourquoi il appartient au Conseil fédéral de mettre au point avec les associations du personnel un système de financement par cotisations qui soit social. 5. La retraite entre 60 et 65 ans est une réalité. Les réorganisations, l’accroissement du stress et des charges poussent précisément les travailleuses et travailleurs d’un certain âge hors du monde du travail. La retraite à la carte doit être sociale. Celle e la Confédération en est une. Tout démantèlement sur cette question n’a rien à voir avec la réalité et est antisocial. Informations: Rolf Zimmermann, secrétariat de la CNPC, Tel. 079 756 89 50

Ces informations peuvent également vous intéresser: