Schweizerischer Gewerkschaftsbund SGB

Journée européenne d’action Également contre la 11e révision de l’AVS

      Berne (ots) - Les 2 et 3 avril, des dizaines de milliers de
travailleuses et de travailleurs manifesteront dans de nombreuses
villes européennes pour une Europe sociale forte et un engagement
plus soutenu des gouvernements nationaux en faveur de la justice et
de la cohésion sociales. Les syndicats suisses participeront à cette
journée placée sous la houlette de la Confédération européenne des
syndicats (CES). Leur principale revendication : Touche pas à mon
AVS ! – NON à la 11e révision de l’AVS !

    Ce n’est pas un hasard si partout en Europe, les gens doivent dépenser toujours plus pour leur santé, si les patrons menacent de baisser les salaires et de prolonger la durée du travail, si les sans-emploi se font toujours plus exclure alors qu’ils devraient pouvoir retrouver un nouvel emploi, si les services publics sont mis à mal au lieu d’être développés. Ce n’est pas un hasard.

    On fait accroire aux gens que notre sécurité sociale et les services publics seraient trop chers et que des coupes s’imposeraient. Or, les richesses sont actuellement redistribuées en faveur des plus riches. En Suisse aussi, et pas seulement en Europe, des hommes et des femmes politiques ainsi que des patrons zélateurs du marché libre entonnent un même cantique selon lequel les salaires seraient trop élevés, les durées du travail trop courtes et qu’il ne serait plus possible de financer la sécurité sociale. Partout, se répand le même et stupide sermon. Mais c’est là oublier que la sécurité sociale constitue un important moteur de la croissance économique.

    Ces patrons ne menacent pas uniquement les salarié(e)s, mais aussi les milieux politiques. Si l’État social ne devient pas moins cher - telles sont ces menaces - et si les droits des travailleuses et des travailleurs ne sont pas démantelés, ils iront ailleurs. Leur but est en effet de se soustraire à leurs responsabilités face aux assurances sociales. Ils ne veulent de fait plus payer d’impôts pour des services dont ils profitent pourtant aussi : écoles, universités, jardins d’enfants, routes, équipements culturels, etc.

    Aujourd’hui, les syndicats suisses ont engagé un combat crucial pour notre sécurité sociale et la justice fiscale. C’est la raison pour laquelle l’Union syndicale suisse (USS) se bat contre la 11e révision de l’AVS et contre un train antisocial de mesures fiscales, ledit « paquet fiscal », autant de combats à travers lesquels elle participe à la journée européenne d’action des 2 et 3 avril. À ces deux dates en effet, des syndicalistes descendront dans les rues d’une quinzaine de villes du pays afin d’inviter la population à rejeter le « paquet fiscal ». Si ce dernier était accepté, les baisses d’impôts qu’il prévoit pour les couples riches et les grands propriétaires saperaient l’assise des services publics. Mais les syndicats suisses luttent aussi contre la 11e révision de l’AVS, la première à n’être qu’un démantèlement pur et simple. C’est dans cette perspective que l’USS va prolonger jusqu’aux votations du 16 mai ces journées d’action des 2 et 4 avril.

    Pietro Cavadini (079 353 01 56), responsable de l’information à l’USS, se tient à votre disposition pour tout complément d’information.



Plus de communiques: Schweizerischer Gewerkschaftsbund SGB

Ces informations peuvent également vous intéresser: