Schweizerischer Gewerkschaftsbund SGB

(CNPC) Suppression d’emplois à la Confédération – Trop c’est trop !

      Berne (ots) - Procéder à de nouvelles suppressions d’emplois à la
Confédération serait faire un affront injustifiable aux employé(e)s
et prendre une mesure inacceptable pour les syndicats. Telle est,
résumée, la conclusion à laquelle est arrivée la Communauté de
négociation du personnel de la Confédération CNPC – Association du
personnel de la Confédération (APC), Syndicat suisse des services
publics (ssp) et garaNto (le syndicat du personnel de la douane et
des gardes- frontière) –, lors de sa séance d’aujourd’hui. Lors de
l’entretien qu’elle va avoir avec le conseiller fédéral Hans-Rudolf
Merz , la CNPC va donc s’opposer énergiquement à ces suppressions
d’emplois projetées dont l’annonce a étonnamment été rendue publique
le week- end dernier. Le Parlement et le Conseil fédéral augmentent
continuellement la charge de travail des employé(e)s de la
Confédération. Personne ne conteste qu’il en résulte pour eux encore
plus de stress. Alors qu’un programme d’économies a déjà été adopté,
il n’y a absolument aucune raison de biffer près de 5000 emplois en
tout, ni d’ailleurs de marge de manœuvre pour ce faire. La limite du
supportable a été atteinte. Le personnel de la Confédération est en
droit d’attendre que son travail soit respecté et non pas uniquement
ravalé à un pur et simple facteur de coût. Le personnel de la
Confédération en a marre d’être à nouveau le jouet d’une politique
d’austérité inutile et irresponsable. Cela ne peut plus continuer
ainsi ! C’est pourquoi, faire publier dans la presse dominicale des
projets injustifié d’économies sans avoir auparavant consulté les
associations du personnel est une provocation de plus. C’est le
contraire du partenariat social que Monsieur Villiger confirmait,
peu avant son départ, dans une déclaration signée par toutes les
associations du personnel et auquel les syndicats entendent rester
attachés sans réserve. Supprimer des emplois à la Confédération,
c’est s’attaquer à l’État, à ses prestations et au social, ainsi que
remettre en cause la qualité du travail de l’administration. Du fait
des tâches toujours plus complexes qui sont les siennes et étant
donné la difficile situation économique dans laquelle nous nous
trouvons toujours, la Confédération ne peut absolument pas se le
permettre et elle n’en a pas non plus le droit.

Pour tout renseignement : Hans Müller, président de la CNPC et secrétaire général de l’APC, 079 406 93 38 Giordano Schera, secrétaire central de garaNto, 079 322 16 04 Rolf Zimmermann, secrétariat de la CNPC, 031 377 01 21



Plus de communiques: Schweizerischer Gewerkschaftsbund SGB

Ces informations peuvent également vous intéresser: