Schweizerischer Gewerkschaftsbund SGB

Imposition des sociétés Une réforme pas prioritaire

      Berne (ots) - Ces quinze dernières années, la quote-part de l’État
n’a cessé d’augmenter. Les nouvelles tâches de l’État ont été
financées à l’aide d’augmentation des impôts indirects. Les ménages
privés aux revenus inférieurs à 100'000 francs ont été touchés de
manière disproportionnée par cette évolution, alors que les
entreprises et les bénéficiaires de hauts revenus étaient épargnés.

    Il n’y a aucune nécessité économique à vouloir réformer l’imposition des sociétés comme le propose le Conseil fédéral. En comparaison internationale, l’imposition de ces dernières est modérée. En outre, la majorité des mesures prévues n’allégeront pas la charge des entreprises, mais celle de leurs propriétaires, respectivement de leurs actionnaires. Il n’y aucune raison à cela, car la Suisse ne manque ni de capitaux propres ni de capitaux étrangers.

    Ce train de mesures qui nous est proposé ne fera rien d’autre que favoriser fiscalement les patrons d’entreprises et les actionnaires. Cela, alors qu’il est prévu d’en faire autant pour les couples à hauts revenus et les propriétaires de logements. Par contre, rien n’est prévu pour les locataires et les familles à revenus modestes à qui l’on n’« offre » que des augmentations constantes de la TVA. Ce type de politique fiscale revient purement et simplement à répartir différemment la charge fiscale, en l’allégeant pour les propriétaires et les ménages à hauts revenus et en l’alourdissant pour les ménages à revenus modestes.

    Ces « réformes » inutiles amèneront finalement la politique financière suisse à se crasher. Confédération et cantons perdront pour près de 4,8 milliards de francs de recettes, une somme avec laquelle on pourrait abaisser de plus de 2% les prélèvements sur les salaires ou la TVA. L’Union syndicale suisse (USS) exige qu’on l’on renonce à cette réforme de l’imposition des sociétés.

    Serge Gaillard en charge de ce dossier à l’USS (031-377 01 11 ou 079- 353 11 06) et Pietro Cavadini, responsable de l’information à l’USS (079-353 01 56) se tiennent à votre entière disposition pour toute information complémentaire sur cette question.



Plus de communiques: Schweizerischer Gewerkschaftsbund SGB

Ces informations peuvent également vous intéresser: