comparis.ch AG

Comparis: 84 % des assurés peuvent avoir des primes plus basses

Etude et calculs en matière de changement de caisse-maladie Zurich (ots) - La plupart des assurés continuent d'être satisfaits de leur caisse-maladie. Beaucoup donc - malgré des primes élevées - n'envisagent pas de changer de caisse. Mais celui qui a déjà changé une fois de caisse est convaincu de l'effet positif de sa décision. Plus d'assurés pourraient être amenés à changer de caisse si les efforts pour faire passer l'information s'intensifiaient. Ces conclusions et d'autres encore résultent de l'étude de l'IHA-GfK portant sur un panel représentatif, publiée aujourd'hui et commandée par le site comparatif sur internet, comparis.ch. Les analyses de comparis.ch s'appuyant sur cette étude montrent en outre que 84 % de tous les assurés paieraient moins de primes l'an prochain que cette année s'ils changeaient pour la caisse qui est la moins chère pour eux. Selon comparis.ch, cette économie sur les primes se monterait entre 5 et 10 % par rapport à cette année pour environ 30 % des assurés. Dans le cadre de l'étude de l'IHA-GfK portant sur un panel représentatif, publiée aujourd'hui et commandée par comparis.ch, 500 personnes ont été interrogées au sujet de leur caisse-maladie et de leur comportement en matière de changement de caisse. Les assurés continuent de donner une bonne note à leur caisse-maladie. 86 % des personnes interrogées estiment leur caisse "bonne" voire "excellente". Les principales raisons avancées pour expliquer le choix de demeurer auprès de sa caisse actuelle sont : l'habitude, des prestations satisfaisantes et un bon rapport qualité-prix, respectivement des primes peu chères. Perception déformée des primes de leur propre caisse-maladie Presque la moitié des personnes interrogées (45 %) estiment que leurs propres primes maladie sont "modérées", 39 % "élevées" et seulement 12 % "peu chères". comparis.ch a analysé la relation existant entre cette impression et le montant des primes effectivement payées. Les données de l'étude (caisse-maladie, domicile, âge et franchise choisie) ont été recoupées avec la banque de données de comparis.ch. Ainsi le classement de la prime de l'assuré par rapport aux primes des autres caisses ainsi que son économie potentielle relative (différence entre sa prime actuelle et la prime la plus basse possible pour son domicile, sa tranche d'âge et la franchise choisie) ont été calculés pour chaque affilié. L'analyse montre alors que le montant de la prime réelle et la perception qu'en a son débiteur sont parfois fortement éloignés l'un de l'autre: l'économie potentielle et le rang de classement de la prime - indicateurs du montant effectif de la prime - sont légèrement plus élevés chez les assurés trouvant leur prime modérée que chez ceux estimant que leur prime est élevée. Seules les personnes jugeant leur prime peu chère paient réellement une prime peu chère. La prime: facteur décisif pour changer de caisse 75 % des sondés ayant déjà changé de caisse une première fois avancent le montant élevé de leur prime, respectivement l'augmentation de leur prime, comme raison de leur changement. 66 % des sondés n'ayant pas changé jusqu'à aujourd'hui n'ont encore jamais quitté leur caisse-maladie actuelle parce qu'ils en étaient satisfaits. 75 % des personnes interrogées disent qu'elles changeraient de caisse en cas d'augmentation considérable de leurs primes. L'effet économie n'est pas contesté Parmi les personnes ayant changé de caisse, 80 % sont convaincues que le changement a été payant. L'enquête montre encore que le niveau de satisfaction dépend directement de l'effet économie recherché en changeant de caisse. L'information augmente nettement la propension à changer de caisse Les participants à l'étude n'ayant encore jamais changé de caisse ont été interrogés au début et à la fin du questionnaire pour savoir s'ils avaient l'intention de changer prochainement pour leur assurance de base. Au début de l'enquête, 14 % d'entre eux envisageaient "peut-être" voire "sûrement" de changer de caisse. A la fin, 35 % d'entre eux pouvaient s'imaginer changer de caisse. La proportion de ceux qui refusaient catégoriquement de changer est passée, au cours du questionnaire, de près de 66 % à 40 %. Ce résultat montre que plus d'assurés pourraient être amenés à changer de caisse par des efforts intensifiés pour faire passer l'information. Les économies se font d'abord sur les vacances et les activités récréatives D'après l'étude, environ un tiers des personnes interrogées fait d'abord des coupes sur son budget vacances en cas d'augmentation des primes, et autant sur ses activités récréatives, comme aller au restaurant par exemple. La voiture reste intouchable : seulement 5 % diminuent leurs dépenses automobiles pour pouvoir payer leurs primes maladie. 40 % des sondés mettraient l'argent économisé en changeant de caisse dans les vacances et les voyages. Environ un tiers mettrait cet argent de côté et 15 % des personnes interrogées sortiraient plus et iraient davantage au restaurant. 84 % des assurés pourraient payer moins de prime en 2004 comparis.ch a analysé en détail les primes 2004 et a constaté, entre autres, que 84 % de tous les assurés paieraient moins de primes l'an prochain que cette année en changeant pour une caisse moins chère. L'économie potentielle calculée sur le volume total des primes s'élève à 1,8 milliards de francs. Les calculs de comparis.ch montrent également que pour 30 % des assurés, changer de caisse entraînerait une baisse de 5 à 10 % de leurs primes 2004. Les résultats détaillés de l'étude et ceux des calculs de comparis.ch peuvent être demandés à kristin.hartmann@comparis.ch. ots Originaltext: Comparis SA Internet: www.newsaktuell.ch/f Contact: Richard Eisler, P.D.G. Tél. +41/1/360'52'62 Fax +41/1/360'52'72 E-mail:info@comparis.ch Internet: www.comparis.ch

Ces informations peuvent également vous intéresser: