auto-schweiz / auto-suisse

Près de la moitié des voitures neuves sont des 4x4

Graphique marché automobile derniers 12 mois. Texte complémentaire par ots et sur www.presseportal.ch/fr/nr/100003597 / L'utilisation de cette image est pour des buts redactionnels gratuite. Publication sous indication de source: "obs/auto-schweiz / auto-suisse"

Berne (ots) - La Suisse et la principauté du Liechtenstein sont et restent les rois des 4x4 en Europe. Au cours du mois de septembre, 24 520 voitures de tourisme neuves y ont été immatriculées, ce qui correspond à un recul de 6,2 % par rapport au même mois de l'année précédente. 12 153 parmi ces véhicules disposent d'une traction intégrale, un taux record de 49,6 %. En même temps, la demande de voitures diesel a diminué pour atteindre une part de marché de 33,9 % en septembre. Les deux facteurs ont un impact négatif, c'est-à-dire un effet de hausse, sur le bilan de CO2 des importateurs.

En raison du léger recul en septembre, le marché global a connu une baisse minimale. Avec 231 483 immatriculations au cours des trois premiers trimestres de l'année courante, on est resté en deçà de 300 unités ou de 0,3 % seulement du résultat d'il y a une année. Cela pourrait toutefois changer en octobre déjà, vu que pendant les derniers mois les hausses et les baisses des chiffres annuels cumulés ne cessaient de s'alterner.

Après neuf mois, la part de marché des 4x4 a atteint un haut de 46,4 % (2016: 43,5 %), tandis que les diesels sont arrivées à un bas de 36,7 % (2016: 39,4 %). Cette combinaison présente un double défi en matière de CO2 pour les membres d'auto-suisse. En raison de son poids plus lourd et de la puissance de propulsion nécessaire accrue, la transmission intégrale engendre des valeurs de consommation et de CO2 légèrement supérieures. La faible proportion de voitures diesel conduit à un effet similaire, vu que la baisse se fait principalement au détriment des motorisations à essence, qui sont environ d'un quart moins efficaces. Avec une part de marché de 58,0 %, ces dernières ont atteint des sommets depuis longtemps oubliés après neuf mois (2016: 55,9 %). La progression de la part de marché des entraînements alternatifs à 5,3 % est nettement inférieure (2016: 4,7 %).

Le message d'Andreas Burgener, Directeur d'auto-suisse, est clair: «Nous devons cesser de diaboliser le diesel et de lui coller une étiquette plus mauvaise qu'il ne le mérite. Autrement, nous courons à une débâcle en termes de CO2. En Suisse, la qualité de l'air est excellente, aussi chez les oxydes d'azote. Elle n'a en effet jamais été plus élevée depuis le début des mesures, et ce malgré la croissance du trafic des dernières décennies. La Conseillère fédérale et ministre des transports Doris Leuthard ainsi que l'Office fédéral des routes OFROU ne cessent de souligner à juste titre: la Suisse n'a définitivement pas besoin d'interdiction de circuler pour les véhicules diesel. Personne ne doit donc craindre d'importantes pertes de valeur s'il achète une voiture à diesel.»

Les chiffres en détail répertoriés par marques sont disponibles sous www.auto.swiss.

Contact:

Informations supplémentaires:
Andreas Burgener, Directeur
T 079 474 21 04
a.burgener@auto-schweiz.ch



Plus de communiques: auto-schweiz / auto-suisse

Ces informations peuvent également vous intéresser: