enJEUpublic

Des artistes lancent une pétition - Les gains des loteries suisses doivent continuer à servir l'utilité publique

    Berne (ots) - Les gains issus des loteries suisses doivent continuer à servir des projets d'utilité publique. C'est le voeu que forment plusieurs centaines de personnalités du monde artistique et culturel de Suisse romande. Ce matin à Berne, à l'entrée du Palais fédéral Ouest, incarnant Don Quichotte et Sancho Pança, les artistes Jean-Luc Bideau et Marco Rima ont remis, de manière symbolique, la pétition destinée aux parlementaires fédéraux.

    Qu'on soit pour ou contre les jeux de hasard, c'est une chose, mais les loteries ont au moins une qualité: l'argent perdu par les joueurs revient en totalité à la collectivité publique. La loi fédérale de 1923 en la matière stipule en effet que les loteries ne sont autorisées qu'à condition de servir des causes de bienfaisance ou d'utilité publique. En Suisse, les cantons reçoivent pas moins de 300 à 400 millions de francs générés par les loteries officielles, qui sont ensuite réinvestis dans des domaines aussi variés que la culture, la formation, les œuvres de bienfaisance, la santé, l'environnement, le tourisme ou le sport. Sans ces fonds issus des loteries, de nombreux projets d'utilité publique et les institutions concernées ne pourraient tout simplement pas survivre. Rien qu'en Suisse romande, près de 111 millions de francs ont été remis l'an dernier par la Loterie romande à des institutions culturelles, sociales et sportives.

    L'utilité publique remise en cause par la révision de la loi

    La révision actuelle de la législation fédérale sur les loteries fait craindre aux pétitionnaires la remise en cause de l'attribution des gains à des institutions d'utilité publique. Comme l'a démontré l'attribution des concessions de grands jeux en automne dernier par le DFJP, la Confédération ne semble pas accorder une priorité aux projets d'utilité publique. En effet, la licence «A» pour l'exploitation des grands casinos a été attribuée en octobre dernier à une entreprise totalement privée située à Montreux. En revanche, a été écarté le projet commun du Château d'Ouchy, initié par la Romande des Jeux SA, une organisation à but non lucratif regroupant la Loterie romande et six cantons romands. Les licences «B» de la même Romande des Jeux ont subi un traitement similaire. Juste après la décision du Conseil fédéral, Benno Schneider, président de la commission des experts déclarait en substance: «L'utilisation des gains pour des buts favorisant la collectivité est certes un avantage, mais elle n'a pas été déterminante».

    Les artistes romands se mobilisent

    Les Romands sont très attachés à leur Loterie Romande qui signifie beaucoup pour la culture de ce coin du terroir helvétique. La décision négative du DFJP les touche donc de plein fouet. Dès lors, pour éviter que la culture soit sacrifiée sur le lit d'une libéralisation et d'une privatisation à tout crin, 400 artistes et personnalités de tous horizons culturels se sont unis pour signer une pétition. «Avec notre pétition, nous voulons nous assurer qu'à l'avenir, les gains des jeux de hasard des loteries suisses restent attribués exclusivement à des œuvres d'utilité publique» relève Frédéric Gonseth, réalisateur de films et président de l'Association romande du cinéma (ARC).

    Don Quichotte et Sancho Pança

    Emmenés par Jean-Luc Bideau en Don Quichotte sur son destrier et Marco Rima en Sancho Pança sur sa mule, de nombreux artistes et personnalités du monde culturel romand se sont retrouvés ce matin dans la cour du Palais fédéral Ouest pour remettre leur pétition en mains propres. Don Quichotte aurait souhaité la donner personnellement à la Conseillère fédérale Ruth Metzler ou la présidente du Conseil national Liliane Maury Pasquier, mais ce vœu est resté pieux! Et c'est finalement la responsable de la Commission des affaires juridiques des services du parlement, Christine Lenzen, qui fut l'heureuse Dulcinée et récipiendaire de la pétition et qui la transmettra aux députés des deux Chambres.

    A l'origine de cette action se trouve l'organisation faîtière récemment créée «enJEUpublic» (association pour la sauvegarde des ressources financières des artistes de toute la Suisse romande), réunissant de nombreux artistes et institutions artistiques et culturelles suisses romandes. L'objectif d'enJEUpublic est à la fois d'assurer à long terme l'existence matérielle de la scène culturelle romande, d'obtenir un écho national sur ses préoccupations et enfin de convaincre les milieux fédéraux de l'importance à accorder aux thèmes culturels et artistiques.

    Des images de Don Quichotte (Jean-Luc Bideau) et de Sancho Pança (Marco Rima) remettant la pétition, accompagnés des textes ad hoc, sont disponibles sur les sites web suivants:

    www.zoebelicom.ch/enjeu_f.html     www.enjeupublic.org (cliquer sur «prestations»)

ots Originaltext: enJEUpublic
Internet: www.newsaktuell.ch

Contact:
Frédéric Gonseth
Porte-parole d'enJEUpublic
Réalisateur et président de l'Association romande du cinéma (ARC)
6, rue Charles-Monnard
1003 Lausanne
Tél. +41/21/351'05'11
Mobile +41/79/412'68'63
Fax  +41/21/351'05'13
E-mail: frederic.gonseth@span.ch
Internet: www.enjeupublic.org
[ 017 ]



Plus de communiques: enJEUpublic

Ces informations peuvent également vous intéresser: