sharelife

sharelife®: une plate-forme d'information créée par des personnes concernées et des spécialistes

de gauche à droite: Le groupe de travail «sharelife» - PD Dr Nicolas Demartines, médecin-chef, Clinique de chirurgie viscérale et de transplantation, CHU de Zurich - Marcel Steiner, secrétaire de «Les As de Cœur» - Prof. Dr Jürg Steiger, Médecin-Chef de la division immunologie et transplantation,... plus

Voir image: www.newsaktuell.ch/f/galerie.htx?type=obs

Pour la première fois, les personnes concernées par la transplantation forment une communauté

    Berne (ots) - Les craintes, l'ignorance et les tabous qui règnent dans la population autour du thème de la transplantation empêchent, dès qu'il s'agit du don d'organes, de considérer le sujet de manière rationnelle, et de prendre une décision adaptée. sharelife est un groupe de travail formé à partir de représentants de groupes d'entraide et de toutes les professions impliquées au niveau de la transplantation. Ce groupe offre désormais des informations très complètes présentées sous la forme d'un site Internet (le premier projet réalisé en commun) à l'adresse suivante: www.sharelife.ch.

    Les informations inexactes et l'ignorance au sujet du don d'organes troublent de nombreuses personnes, les faisant réagir par la crainte ou même refuser toute communication dès qu'on aborde ce sujet. De même, les personnes qui ont une attitude positive envers le don d'organes ignorent souvent que le simple fait de porter une carte de donneur d'organes sur soi, et d'informer ses proches de sa décision soit nécessaire pour faire connaître leur choix. Par conséquent, le manque d'organes disponibles demeure un problème très important. Depuis trois ans, le nombre de donneurs a même continuellement diminué. On ne compte actuellement, qu'une douzaine de donneurs d'organes par million d'habitants.

    Chacun peut se retrouver un jour sur la liste d'attente! Afin d'aller au devant des incertitudes de la population, de mettre fin aux mythes, de favoriser la diffusion d'informations professionnelles, de même qu'attirer l'attention du public sur la situation des patients; des représentants de la transplantation en Suisse (chirurgiens, médecins, spécialistes de soins intensifs, cardiologues, néphrologues, hépatologues, personnel soignant, coordinateurs, transplantés, Swisstransplant) se sont rencontrés pour créer sharelife®.

    sharelife est une plateforme d'information et de communication à l'intention du grand public. Les membres de sharelife s'engagent à donner et promouvoir une meilleure information de la population sur la transplantation ainsi que la sensibilisation au don d'organes, que se soit en tant que donneur ou receveur.

    Andrea Schäfer, présidente de l'association des transplantés rénaux: «Plus le nombre de personnes favorables au don d'organes augmentera, moins de patients décèderont sur les listes d'attente en vue d'une greffe».

    Petra Bischoff, coordinatrice de transplantation à l'hôpital de l'île de Berne, confirme: «Il est important que chacun réfléchisse au don d'organe de son vivant, afin de pouvoir faire son choix et en informer ses proches. Cela permet d'exclure toute incertitude à ce sujet en cas de décès, et d'éviter aux proches le choc d'être confrontés un jour à une telle question sans aucune préparation».          Prof. Steiger, Médecin-Chef de la division immunologie et transplantation, hôpital cantonal de Bâle, ajoute: «Par le biais de nos activités, nous proposons une plateforme d'informations afin de permettre au public de s'informer et de se forger une opinion sur la transplantation ainsi que le don d'organes. Dès aujourd'hui, les personnes intéressées pourront s'informer de façon sérieuse et complète sur les différents aspects de la transplantation et du don d'organes à l'adresse Internet suivante: www.sharelife.ch».

    La situation en Suisse

    Le manque d'organes disponibles reste un grand problème. L'ignorance et les tabous qui règnent à ce sujet dans la population, une présentation excessivement émotionnelle dans les médias (surtout de l'étranger) ainsi qu'une législation incertaine en Suisse ne contribuent pas à améliorer les chances des patients en liste d'attente.

    Le 1er janvier 2001, la liste d'attente incluait 468 patients, tendance ascendante. 50 d'entre - eux sont décédés en 2000 sans avoir obtenu à temps la greffe qui les aurait sauvés. En Suisse on ne compte que 14 donneurs d'organes par million d'habitants, et la tendance est à la baisse.

Les photos ont été envoyées par Photopress via le réseau satellite de Keystone.

ots Originaltext: sharelife
Voir image: www.newsaktuell.ch/f/galerie.htx?type=obs
Internet: www.newsaktuell.ch

Contact:
sharelife c/o Catwalk
Tél.: +41-(0)31-380'80'90
Fax: +41-(0)31-380'80'99
E-Mail: info@sharelife.ch
[ 002 ]



Plus de communiques: sharelife

Ces informations peuvent également vous intéresser: