MIGROS BANK

La Banque Migros tire son épingle du jeu dans un environnement exigeant

Zürich (ots) - Dans un environnement de marché difficile, la Banque Migros a réalisé, en 2016, un bénéfice de 215 millions de francs, en baisse de 5,2%. Ce recul s'explique principalement par la diminution des produits d'intérêts et des opérations de négoce. Les opérations de placement ont quant à elles connu une évolution réjouissante, avec une progression de 10,9% du nombre des mandats de gestion de patrimoine. Ce segment sera encore renforcé en 2017, tout comme celui de la Clientèle Entreprises.

En 2016, la Banque Migros a poursuivi le développement de ses activités de base. Malgré l'environnement boursier difficile, elle a enregistré une croissance de 10,9% du nombre des mandats de gestion de patrimoine. Les fonds de la clientèle inscrits au bilan ont progressé de 1,3%, pour atteindre 33,5 milliards de francs. Dans ce domaine, les dépôts en compte ont continué de gagner du terrain, au détriment des obligations de caisse. Ces dernières ont diminué de 12,0%, alors que les comptes privés et les comptes Premium, par exemple, augmentaient de 8,5%.

Maintien de la politique prudente en matière d'octroi de crédits

Les créances hypothécaires ont atteint 34,2 milliards de francs, ce qui représente une hausse de 1,9%, légèrement inférieure à la croissance du marché. Dans un environnement concurrentiel particulièrement compétitif, la Banque Migros est restée rigoureusement fidèle à sa politique prudente d'octroi de crédits en 2016. À la date de clôture du bilan, le portefeuille hypothécaire se composait, pour les immeubles d'habitation, à 97% de prêts hypothécaires en premier rang, avec un taux d'avance jusqu'à 67%. Le montant du crédit hypothécaire moyen s'élevait respectivement à 333 000 francs pour les propriétés par étage et à 437 000 francs pour les maisons individuelles. La part des prêts hypothécaires à taux fixe représentait près de 88% du portefeuille hypothécaire global.

Recul des opérations d'intérêts, progression des opérations de commissions

Le résultat net des opérations d'intérêts a baissé de 3,0%, à 446 millions de francs, sous l'effet d'une légère augmentation des corrections de valeur pour crédits. Les coûts de risques sont quant à eux restés inférieurs à 0,5 pour mille du volume total des crédits. Le résultat des opérations de commissions s'est amélioré de 1,6%, à 89 millions de francs, alors que le résultat des opérations de négoce s'inscrivait en baisse par rapport à 2015. À l'époque, l'abandon du cours plancher face à l'euro par la Banque nationale suisse avait entraîné un nombre exceptionnellement élevé de transactions en monnaie étrangère. La situation s'est normalisée sur les marchés des devises en 2016 et le résultat des opérations de négoce a diminué de 13,5% à 34 millions de francs. Dans l'ensemble, le produit d'exploitation a reculé de 3,1%, à 575 millions de francs.

Du fait du développement des activités de base, les charges de personnel et les autres charges d'exploitation ont augmenté, de 1,5% et 0,3% respectivement. Au total, les charges d'exploitation se sont accrues de 1,0% pour s'établir à 279 millions de francs. Grâce à une gestion des coûts rigoureuse, le cost/income ratio a pu être maintenu à un bas niveau réjouissant de 47,2%, un niveau à peine plus élevé que celui de l'exercice précédent (46,8%).

La baisse des produits d'intérêts et des opérations de négoce pèse sur le bénéfice

Après prise en compte des amortissements, provisions et pertes, le résultat d'exploitation s'est inscrit à 266 millions de francs, soit une baisse de 7,5% due pour l'essentiel au recul des produits d'intérêts et des opérations de négoce précité. Au cours de l'exercice 2016, des produits extraordinaires de près de 7 millions de francs, provenant en grande partie de la vente d'un bien immobilier à Lucerne, ont été enregistrés. Au final, le bénéfice s'est élevé à 215 millions de francs (-5,2%).

Nouvelle structure organisationnelle à compter du 1er janvier 2017 La nouvelle structure organisationnelle simplifiée de la Banque Migros est entrée en vigueur dé-but 2017. Les anciens domaines d'activité ont été restructurés, si bien que la composition de la Direction générale est la suivante depuis le 1er janvier 2017: Harald Nedwed (président de la Direction générale), Stephan Wick (Logistique, vice-président de la Direction générale), Marcel Egloff (Clientèle Entreprises), Markus Maag (Clients privés), Rolf Knöpfel (Innovation et Marketing) et Andreas Schindler (Gestion des risques et Finances).

La réorganisation visait à rendre la gestion des ventes plus efficace, afin d'être en mesure de réagir plus rapidement aux mutations du marché et à l'évolution des besoins de la clientèle. C'est pourquoi les anciens segments Clientèle privée et Clientèle Premium ont été fusionnés. C'est là un gage de proximité accrue. Ainsi, nous disposerons par exemple à l'avenir, dans toutes nos 67 succursales, de conseillers pour les clients suivis individuellement et y proposerons des opportunités de conseil pour la totalité de l'univers de placement de la Banque Migros.

La nouvelle structure de l'entreprise reflète également le développement des opérations de placement et du segment Clientèle Entreprises. L'année 2017 verra donc un élargissement des compétences en matière de placements et de la gamme y afférente; le segment Clientèle Entreprises oeuvre pour sa part au renforcement de cinq domaines prometteurs: le leasing de biens d'équipement, les services immobiliers, le secteur de la santé, une coopération approfondie avec le groupe Migros et ses partenaires ainsi que, sous certaines conditions, le marché des start-up. La réduction des charges de personnel ne constituait expressément pas un objectif de cette nouvelle structure organisationnelle.

Perspectives pour l'exercice 2017

Compte tenu de la persistance des taux négatifs et de la pression sur les marges qui en découle, l'environnement restera difficile en 2017. La Banque Migros se considère comme bien positionnée - les gains d'efficacité et l'accroissement de la capacité d'innovation grâce à la nouvelle structure organisationnelle, le renforcement des opérations de placement et du segment Clientèle Entreprises ainsi que les nouveaux outils de conseil tournés vers l'avenir incitent à la confiance.

Contact:

Urs Aeberli, Relations publiques, Banque Migros
Tél.: 044 839 88 01, e-mail: media@banquemigros.ch



Plus de communiques: MIGROS BANK

Ces informations peuvent également vous intéresser: