Public Health Consulting GmbH

Le sulfate de chondroïtine - une lueur d'espoir dans le traitement de l'arthrose digitale

    Pambio-Noranco (ots) - Le principe actif sulfate de chondroïtine réduit les douleurs et améliore la mobilité articulaire des doigts arthrosiques. En outre, les articulations digitales touchées qui sont traitées par le sulfate de chondroïtine, évoluent moins souvent et moins rapidement vers la phase "destructive" de l'arthrose, douloureuse et associée à des inflammations. Les articulations des doigts se trouvant déjà dans cette phase et traitées par ce principe actif, présentent une évolution plus bénigne. Telles propriétés ont pu être prouvées, à ce jour, uniquement pour le sulfate de chondroïtine. Tel a été le message transmis aux spécialistes réunis cette année au congrès national de rhumatologie à Locarno.

    L'arthrose digitale est une véritable maladie endémique qui touche près de 6 % de la population générale. Sa fréquence augmente avec l'âge: ainsi, environ 15 % des personnes âgées de plus de 65 ans souffrent d'arthrose digitale. Les femmes sont deux fois plus touchées que les hommes.

    Une arthrose digitale peut détruire les articulations atteintes et entraîner des pertes fonctionnelles des mains, sévèrement ressenties dans la vie quotidienne. Jusqu'à récemment, les possibilités de traitement de ce mal se limitaient aux antalgiques purs, aux anti-inflammatoires (AINS et inhibiteurs de la Cox-2) et à la gymnastique des doigts.

    Or, il est désormais possible de contrôler l'arthrose digitale: Condrosulf®, un médicament de la société suisse IBSA (Institut Biochimique SA) à Lugano et dont le principe actif est le sulfate de chondroïtine, a pour effet d'atténuer l'évolution de cette maladie, de diminuer les douleurs et d'améliorer la mobilité des doigts. C'est ce que montrent deux études cliniques qui ont été présentées par leurs directeurs respectifs, le Prof. Gust Verbruggen, de l'Hôpital universitaire de Gand (Belgique), et le Dr Ingrid Möller, directrice de recherches à l'Instituto Poal de Rheumatología à Barcelone, lors d'un symposium organisé par la société IBSA dans le cadre du congrès national de rhumatologie à Locarno.

    D'après son auteur, l'étude de Verbruggen montre que l'évolution d'une articulation saine vers un état arthrosique n'est probablement pas empêchée. Mais - ce qui est plus important pour les patients - les articulations déjà atteintes qui sont traitées par le sulfate de chondroïtine évoluent nettement moins souvent et moins rapidement vers la phase "destructive" de la maladie, douloureuse et associée à des inflammations. Condrosulf a ainsi réduit le nombre de cas, et chez chaque patient, le nombre d'articulations qui ont évolué vers une forme d'arthrose menant à la destruction articulaire. La condition d'un tel succès thérapeutique était la prise quotidienne ininterrompue de ce médicament pendant 3 ans.

    Selon Verbruggen, il apparaît clairement que le sulfate de chondroïtine supprime dans une large mesure la formation des nodosités articulaires typiques de l'arthrose des doigts (appelées "nodosités de Heberden" et "nodosités de Bouchard"), un effet que l'auteur attribue aux fonctions réparatrices exercées par cette substance au sein du tissu conjonctif. La durée du traitement, selon ce spécialiste de l'arthrose, est de 5 à 6 ans. Passée cette période, le processus de déformation et de remodelage est achevé et l'activité de la maladie perd de son intensité. Plus tôt l'arthrose est diagnostiquée et traitée, moins son évolution est agressive, affirme Verbruggen.

    Le sulfate de chondroïtine arrête la progression de la gonarthrose

    Deux ans déjà se sont écoulés depuis la présentation de l'étude zurichoise, véritablement innovatrice à l'époque, sur l'emploi du sulfate de chondroïtine comme principe actif. Cette étude de l'Hôpital universitaire de Zurich, dirigée par le Prof. Beat A. Michel, chef de la clinique rhumatologique, a clairement démontré le bénéfice de Condrosulf® dans le traitement de la gonarthrose. Le Prof. Michel avait parlé alors d'une véritable conquête pour les patients. Car le médicament n'atténue pas seulement les symptômes, mais influence aussi favorablement le cours de la maladie en protégeant le cartilage articulaire d'une progression de la destruction.

    Le sulfate de chondroïtine est très bien toléré

    Le sulfate de chondroïtine, principe actif du médicament Condrosulf®, est remarquablement bien toléré. Un effet secondaire occasionnel possible, généralement passager, est l'apparition de légers troubles gastro-intestinaux tels que nausées et constipation. Quelques cas sporadiques de réactions allergiques ont été rapportés. Le médicament est disponible sur le marché suisse depuis 1983. Aucun effet indésirable grave ou irréversible n'est apparu à ce jour.

    Le sulfate de chondroïtine s'est vu décerner les meilleures notes dans les nouvelles recommandations EULAR pour le traitement de la gonarthrose

    La Ligue européenne contre le rhumatisme (EULAR) a examiné en 2003 l'intégralité de la littérature spécialisée parue sur le traitement de la gonarthrose. Se basant sur leur évaluation des publications, les experts ont décerné au sulfate de chondroïtine les meilleures notes dans les nouvelles recommandations EULAR. Les preuves en faveur du sulfate de chondroïtine lui valent aujourd'hui la note 1A, tandis que sa recommandation d'emploi étant assortie de la note A. De plus, les experts ont jugé que le sulfate de chondroïtine était un principe actif extrêmement sûr. Seule l'instruction du patient était jugée comme intervention encore supérieure du point de vue de la sécurité. Le sulfate de chondroïtine présente ainsi un rapport bénéfice-risque optimal.

ots Originaltext: Public Health Consulting
Internet: www.presseportal.ch/fr/

Contact:
Dr. med. Thomas Ferber
Tel.         +41/52/6203404
E-Mail:    thomasferber@mail.ru
Internet: http://www.ibsa.ch



Plus de communiques: Public Health Consulting GmbH

Ces informations peuvent également vous intéresser: