Schweizerischer Nationalfonds / Fonds national suisse

Partager le savoir: Open Access pour tous

Bern (ots) - Le Fonds national suisse (FNS) s'engage pour l'Open Access, l'accès public et gratuit aux résultats de la recherche. Un rapport montre que le FNS s'avère progressiste à cet égard en comparaison internationale. Une stratégie nationale Open Access est actuellement en préparation.

La recherche encouragée par des fonds publics doit être accessible en Open Access, c'est-à-dire publiquement et gratuitement. Cela exige ni plus ni moins qu'une restructuration du système de publications. Pour reprendre la déclaration de la Ligue européenne des universités de recherche: «Noël est fini! Les fonds alloués à la recherche doivent bénéficier à la recherche et non aux éditeurs!» Au plan international, la réorganisation des publications scientifiques en direction de l'Open Access ne cesse d'être encouragée.

Le Fonds national suisse (FNS) s'engage lui aussi fortement en faveur de l'Open Access et poursuit une politique progressiste en comparaison internationale. Il s'inspire pour cela des Pays-Bas, qui jouent un rôle de précurseur et ont lancé une offensive Open Access dans le cadre de l'actuelle présidence de l'UE. L'organisation de financement néerlandaise NWO est la première au monde à réclamer que les résultats de la recherche issus de projets qu'elle finance soient accessibles immédiatement et sans restrictions. Conformément à l'appel d'Amsterdam pour une science ouverte, la part des publications scientifiques en Open Access devrait atteindre 100% d'ici 2020. Pour y arriver, les pays européens devront s'appuyer sur des stratégies nationales d'Open Access mutuellement synchronisées afin de faire avancer rapidement la restructuration du système de publication.

La Suisse en bonne position sur le plan international

C'est déjà le cas en Suisse: le FNS et swissuniversities s'emploient depuis 2016 à élaborer une stratégie nationale, sur mandat du Secrétariat d'Etat à l'éducation, à la recherche et à l'innovation. Une étape importante dans la réalisation de mesures pour l'Open Access est l'auto-évaluation de sa propre politique d'encouragement. Le FNS a rédigé un rapport de monitoring sur l'Open Access pour la période allant d'octobre 2013 à août 2015. Ce document énumère et évalue les activités d'encouragement du FNS pour l'accès libre et analyse le respect des directives par les chercheurs. Il indique que 40% des publications réalisées grâce à des contributions du FNS sont déjà librement accessibles. Cette part est remarquable mais doit continuer à augmenter.

Au début de 2016, le FNS a commandité avec le programme SUK P-2 de swissuniversities une analyse des flux financiers. Celle-ci doit détailler les bases financières et formuler des propositions de restructuration du système suisse. En outre, une enquête qualitative auprès des universités et des hautes écoles spécialisées concernant leur politique d'Open Access (OA) a été lancée. Elle doit donner une vue d'ensemble des activités OA en cours. Les résultats de l'analyse des flux financiers sont attendus pour la fin de 2016.

Engagement international

Cette année a également lieu le deuxième cycle du projet OAPEN-CH, qui vise à rassembler avec les maisons d'édition les expériences faites avec le processus de publication Open Access.

Le FNS va continuer à suivre l'évolution internationale et y participer activement. Il soutient le Plan d'action d'Amsterdam 2016, qui appelle à un changement de système. De même, le FNS a récemment signé l'initiative internationale OA2020 sur l'introduction à grande échelle de l'Open Access pour les revues scientifiques. En 2006 déjà, il avait signé la Déclaration de Berlin, qui réclame l'accès gratuit et mondial aux résultats de recherches ayant bénéficié de financements publics ainsi que la libre réutilisation de ces résultats moyennant l'indication des auteurs.

Le texte de ce communiqué de presse, le rapport de monitoring 2016, la description de l'analyse des flux financiers sont disponibles sur le site Internet du Fonds national suisse : http://www.snf.ch/fr/pointrecherche/newsroom/Pages/news-160510-communique-de-presse-partager-le-savoir-open-access-pour-tous.aspx

Contact:

Dr. oec. HSG Ingrid Kissling-Näf
Cheffe de la Division Sciences humaines et sociales
tél.: +41 31 308 22 56
e-mail: ingrid.kissling@snf.ch


Plus de communiques: Schweizerischer Nationalfonds / Fonds national suisse

Ces informations peuvent également vous intéresser: