Schweizerischer Nationalfonds / Fonds national suisse

Lorsque le virus du sida se transmet malgré le traitement

Bern (ots) - Les antirétroviraux inhibent certes efficacement la multiplication du virus du sida dans le sang, mais ce dernier peut néanmoins s'accumuler dans le sperme - et contaminer d'autres personnes en cas de relations sexuelles non protégées. Cette transmission survient essentiellement quand les voies génitales masculines sont infectées par d'autres virus, telle est la découverte d'une chercheuse soutenue par le Fonds national suisse (FNS).

A vrai dire, les thérapies combinées modernes tiennent les agents responsables du sida en respect. En général, le traitement a pour effet de supprimer les virus d'immunodéficience humaine (VIH) de l'organisme. Les médicaments réduisent aussi le taux de transmission de la maladie à un dixième. Mais pourquoi constate-t-on de nouvelles contaminations malgré le traitement ?

Cocktail viral dans le sperme

Parce que d'autres virus jouent aussi un rôle. C'est la découverte qu'a publiée récemment la chercheuse suisse Sara Gianella Weibel, assistée de collègues américains (*). La chercheuse soutenue par le FNS a examiné, à l'Université de Californie à San Diego, le sperme de 114 hommes infectés par le virus du sida et sous traitement qui ont eu des relations sexuelles avec d'autres hommes. Elle a détecté dans le sperme de onze hommes une grande quantité de VIH alors que la charge virale sanguine était très faible chez tous les sujets. Chez huit de ces onze hommes, Gianella Weibel a isolé également différents herpèsvirus.

Système immunitaire activé localement

Certains de ces herpèsvirus, comme le cytomégalovirus, restent généralement indécelables. Mais lorsqu'ils infectent les voies génitales masculines, ils activent le système immunitaire localement. Les cellules immunitaires dans lesquelles le VIH se multiplie s'accumulent ainsi également dans la région génitale. "Nos résultats montrent que nous devons nous intéresser aussi à d'autres virus si nous voulons réellement bloquer la chaîne de transmission du virus du sida", explique Gianella Weibel.

(*)Sara Gianella, Davey M. Smith, Milenka V. Vargas, Susan J. Little, Douglas D. Richman, Eric S. Daar, Michael P. Dube, Fan Zhang, Christina G. Ginocchio, Richard H. Haubrich, Sheldon R. Morris and the CCTG 592 Team (2013). Shedding of HIV and human herpesviruses in the semen of effectively treated HIV-1 infected men who have sex with men. Clinical Infectious Diseasesonline. doi:10.1093/cid/cit252 (manuscript disponible auprès du FNS ; e-mail : com@snf.ch)

Le texte de ce communiqué de presse est disponible sur le site Internet du Fonds national suisse : www.fns.ch > Médias > Communiqués de presse

Contact:

Dr Sara Gianella Weibel
Center For Aids Research (CFAR)
University of California San Diego
La Jolla CA, 92093-0679, USA
E-mail: gianella@ucsd.edu



Plus de communiques: Schweizerischer Nationalfonds / Fonds national suisse

Ces informations peuvent également vous intéresser: