Schweizerischer Nationalfonds / Fonds national suisse

Embargo 22.03 0600 - Intégrer, mais de façon raisonnable
Nouvelle orientation pour la gestion de l'eau

Bern (ots) - En Suisse, la gestion de l'eau relève de la responsabilité de diverses autorités communales, cantonales et fédérales. Les frictions sont donc nombreuses, et coûteuses. Un projet du Programme national de recherche «Gestion durable de l'eau» (PNR 61) montre qu'une intégration plus impor-tante mais modérée des divers secteurs permet une gestion de l'eau plus durable et plus efficace.

Au quotidien, nous utilisons l'eau de différentes manières. Les tâches que la politique et la société doivent résoudre sont tout aussi variées; de l'approvisionnement en eau potable et de l'épuration des eaux usées à la protection des cours d'eau en tant que biotopes en passant par la défense contre les crues, diverses autorités s'occupent de l'eau. Dans la pratique, compte tenu des obstacles administratifs et des différents points de vue et objectifs, des frictions empêchant une gestion optimale apparaissent toujours là où les différents secteurs se recoupent.

Solution modèle dans le canton de Neuchâtel La solution consiste-t-elle à intégrer davantage les différents secteurs de la gestion de l'eau, comme l'exigent notamment les directives européennes sur l'eau ? Dans le cadre du Programme national de recherche «Gestion durable de l'eau» (PNR 61), des chercheurs ont étudié à quel point cette voie est praticable en Suisse. «A l'aide d'études et d'interviews d'experts ainsi que dans des ateliers avec des acteurs de la gestion de l'eau, nous avons analysé comment la collaboration entre les différents domaines s'effectue actuellement», explique Bernhard Truffer, responsable du département des sciences sociales de l'environnement à l'Eawag et directeur du projet. «Nous avons ensuite élaboré un modèle de transition vers une gestion de l'eau mieux intégrée.»

Le projet «MultiRuz», qui concerne le Val-de-Ruz, entre Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds, fournit un excellent exemple des avantages qu'apporte une gestion intégrée de l'eau. Cette vallée souffrait depuis quelques années d'une mauvaise qualité et d'un manque d'eau. Cette situation était principalement dû au fait que les responsabilités en matière d'eau étaient réparties entre 22 comités. Début 2011, une grande partie des tâches a été remises à un nouvel organisme; en Suisse, c'est la première fois qu'une telle solution est appliquée, car il n'existe aucun autre bassin hydrographique dans lequel tous les domaines relatifs à l'eau sont intégrés de manière aussi complète. Cette intégration réussie a permis de résoudre les problèmes récurrents de manque et de qualité tout en permettant une économie de trois millions de francs par an.

Une solution centralisée n'est pas applicable Sur la base des cas des six exemples étudiés, les chercheurs parvien-nent à la conclusion que le système existant, très fragmenté, ne répond plus aux exigences actuelles. Bernhard Truffer sait toutefois que des solutions très centralisées, comme celles introduites en France par exemple, ne sont pas compatibles avec le fédéralisme helvétiques. Les chercheurs recommandent donc d'emprunter une voie médiane qui respecte les structures socio-politiques. «Une intégration nuancée permet d'éviter des structures bureaucratiques inutiles», affirme le chercheur. «En effet, la solution optimale est différente pour chaque bassin-versant.»

Dans le bassin hydrographique du Greifensee par exemple, où le canton de Zurich vise une gestion durable des eaux au moyen d'un plan de mesures, l'accent doit être mis sur d'autres priorités que dans le Val-de-Ruz ou qu'en Valais, qui met en oeuvre ces prochaines années la troisième correction du Rhône. «L'intégration ne constitue pas un but en soi», explique Bernhard Truffer. «Il s'agit d'atteindre, pour chaque bassin, les objectifs de la manière la plus efficace et économique possible.» Il convient en effet de comparer les avantages et les économies qu'offre une telle intégration avec la charge de travail de coordination qu'exige une orientation plus intégrée.

Mieux accepté Concrètement, les scientifiques proposent de procéder par étapes. La Confédération élabore d'abord une stratégie nationale de la gestion de l'eau, qui associe les stratégies partielles déjà existantes, et définit dans quels cas une gestion intégrée de l'eau doit être introduite. Les cantons clarifient ensuite quels bassins hydrographiques nécessitent une plus grande intégration. Sur cette base, ils mettent en oeuvre les mesures correspondantes avec les acteurs concernés et avec le soutien technique de la Confédération. Tout en évitant une centralisation à outrance, ce modèle suisse possède l'avantage d'être mieux accepté par les acteurs concernés.

«Année internationale de la coopération dans le domaine de l'eau» A l'occasion du lancement de l' «Année internationale de la coopération dans le domaine de l'eau», les chercheurs présenteront les résultats de leurs recherches lors du colloque «Eaux sans frontières - Pratiques et potentialités en Suisse» organisé par l'Agenda 21 pour l'eau qui aura lieu lors de la «Journée mondiale de l'eau», le vendredi 22 mars 2013 à Berne.

Programme national de recherche «Gestion durable de l'eau» (PNR 61) Le Programme national de recherche «Gestion durable de l'eau» (PNR 61) élabore des bases et méthodes scientifiques pour une gestion durable des ressources hydrologiques, celles-ci étant toujours davantage mises à contribution. Le PNR 61 détermine les effets des changements climatiques et sociaux sur cette ressource et identifie les risques et les futurs conflits liés à son exploitation. Il développe des stratégies pour assurer à l'avenir une exploitation durable et intégrée des ressources en eau. Le PNR 61 dispose de 12 millions de francs pour une durée de quatre ans de recherche. Site Internet du PNR 61 «Gestion durable de l'eau»: www.pnr61.ch

* * * * *

A ce sujet Synthèse du projet «Vers une politique intégrative de l'eau» (en allemand): Scheuchzer Patrick, Walter Felix, Truffer Bernhard, Balsiger Jörg, Chaix Olivier, Kempter Tim, Klinke Andreas, Menzel Susanne, Wehse Heiko, Zysset Andreas: Auf dem Weg zu einer integrierten Wasserwirtschaft. Synthese zum Projekt IWAGO - Integrated Water Governance with Adaptive Capacity in Switzerland (2012) http://www.nfp61.ch/SiteCollectionDocuments/news/news_mm_130320_nfp61_iwago_synthesebericht.pdf

Vidéo sur le projet «Vers une politique intégrative de l'eau»: http://www.nfp61.ch/D/projekte/videoclips/Seiten/default.aspx?NEWSID 57&WEBIDp5D0BF9-BC95-43E6-BF65-F8B316A4D74E Outils élaborés dans le cadre du projet «Vers une politique intégrative de l'eau»: http://www.wa21.ch/index.php?page=469

Conférence «Eaux sans frontières - Pratiques et potentialités de la collaboration en Suisse»: http://www.wa21.ch/index.php?page=481

Le texte de ce communiqué est disponible sur le site Internet du Fonds national suisse: www.fns.ch > Médias > Communiqués de presse.

Contact:

Prof. Bernhard Truffer
Sciences sociales de l'environnement
Eawag
CH-8600 Dübendorf
Tél.: +41 58 765 5670
E-mail: bernhard.truffer@eawag.ch



Plus de communiques: Schweizerischer Nationalfonds / Fonds national suisse

Ces informations peuvent également vous intéresser: