Schweizerischer Nationalfonds / Fonds national suisse

FNS: L'obésité et le stress sont mauvais pour le coeur
Les tissus graisseux sécrètent des hormones

Bern (ots) - Les endocannabinoïdes sont des hormones produits par l'organisme, proches des substances psychoactives du cannabis. Leur effet ne se limite pas au cerveau, ils favorisent aussi la survenue d'infarctus du myocarde. Telle est la conclusion d'une étude soutenue par le Fonds national suisse (FNS).

Dans les pays industrialisés, une épidémie d'obésité est en marche. Aujourd'hui déjà, un tiers de la population est en surpoids, et la tendance est à la hausse. On sait depuis longtemps que si, de plus, ces personnes font peu d'exercice et sont soumises à un stress intense (au travail, par exemple), elles risquent de subir un infarctus du myocarde. Des chercheurs et des médecins, emmenés par Thomas Schindler des Hôpitaux universitaires de Genève, viennent de mettre à jour les fondements moléculaires de cette corrélation: les tissus adipeux et les hormones que ces derniers sécrètent en cas de stress y jouent les premiers rôles.

Diminution du flux sanguin Ces hormones sont appelées endocannabinoïdes. D'un point de vue chimique, elles sont similaires aux substances psychoactives du cannabis et se fixent sur les mêmes récepteurs, dans le cerveau, mais aussi sur les parois des vaisseaux sanguins. Or, dans le cas des vaisseaux coronaires, les endocannabinoïdes diminuent l'élasticité des parois. Cela réduit leur dilatation fonctionnelle et donc l'afflux sanguin maximal vers le muscle cardiaque (flux sanguin myocardique). C'est ce que Thomas Schindler et ses collègues ont réussi à mettre en évidence dans le cadre d'une étude clinique, portant sur 111 participants, de poids normal et en surpoids.

Les résultats ont été récemment publiés (*): plus l'indice de masse corporelle (ICM ou BMI) des sujets était élevé, plus le taux d'endocannabinoïdes mesuré dans leur sang était important, et plus leur flux sanguin myocardique était bas. «Une réduction de la dilatation fonctionnelle des vaisseaux cardiaques est considérée comme un stade précurseur de maladie coronarienne, précise Thomas Schindler. Cette dernière peut conduire à un infarctus, et, dans le pire des cas, à la mort.» Il est donc recommandé de rompre cette chaîne fonctionnelle, en faisant régulièrement de l'exercice pour réduire les dépôts adipeux, et en évitant le stress au quotidien, afin de diminuer la sécrétion d'endocannabinoïdes.

Nouveaux médicaments nécessaires Par ailleurs, la découverte de ce mécanisme pourrait servir à la mise au point de nouveaux médicaments cardioprotecteurs, souligne le chercheur. Ce dernier pense qu'il faut, aujourd'hui, se mettre en quête de substances capables de neutraliser les effets négatifs des endocannabinoïdes. «Près de 60% des personnes atteintes d'une maladie coronarienne finissent par subir un infarctus du myocarde, en dépit d'un traitement préventif optimal, rappelle Thomas Schindler. Il est donc urgent de disposer de nouveaux médicaments.»

(*) Alessandra Quercioli, Zoltan Pataky, Fabrizio Montecucco, Sebastian Carballo, Aurélien Thomas, Christian Staub, Vincenzo Di Marzo, Gabriella Vincenti, Giuseppe Ambrosio, Osman Ratib, Alain Golay, François Mach, Elisabetta Harsch and Thomas H. Schindler (2012). Coronary Vasomotor Control in Obesity and Morbid Obesity. JACC: Cardiovascular Imaging 5: 805-812 (disponible au format PDF auprès du FNS; e-mail: com@snf.ch)

Le texte de ce communiqué de presse est disponible sur le site Internet du Fonds national suisse: www.fns.ch > médias > Communiqués de presse

Contact:

Dr Thomas Schindler
Service de cardiologie, Hôpitaux universitaires de Genève (HUG)
Rue Gabrielle-Perret-Gentil 4
CH-1211 Genève 14
Tél.: +41 (0)22 372 71 96
e-mail: thomas.schindler@hcuge.ch



Plus de communiques: Schweizerischer Nationalfonds / Fonds national suisse

Ces informations peuvent également vous intéresser: