Schweizerischer Nationalfonds / Fonds national suisse

FNS: Manifestants suisses: une grande confiance dans les processus démocratiques
Position et motifs des manifestants en comparaison européenne

Bern (ots) - En comparaison européenne, les manifestants suisses se distinguent surtout par leur fidélité à l'Etat: leur confiance dans les instituions politiques et les processus démocratiques est importante. Telle est la conclusion d'une étude soutenue par le Fonds national suisse (FNS).

On ne manifeste pas en Suisse de la même manière qu'à l'étranger. Les particularités du système politique helvétique se traduisent dans les motifs des participants aux manifestations. Un réseau de chercheurs a interrogé des manifestants de Belgique, d'Angleterre, de Hollande, d'Espagne, de Suède et de Suisse sur leurs motivations et leur position par rapport aux institutions politiques. Les chercheurs en Suisse, Marco Giugni et Nina Eggert de l'Université de Genève, on choisi cinq grandes manifestations, qui ont eu lieu entre 2010 et 2012: la Marche mondiale des femmes à Berne, la manifestation du 1er mai à Zurich, une manifestation antinucléaire à Beznau, une gay pride en faveur des droits des homosexuels, et une manifestation de femmes à Genève. A l'occasion d'une manifestation antimondialisation, la police a empêché les chercheurs de travailler; les données s'y rapportant manquent donc aujourd'hui.

Une majorité de participants éduqués et âgés En termes de classes d'âge, les manifestants suisses présentent un spectre comparable à celui des manifestants des autres pays: près de la moitié d'entre eux ont entre 40 et 64 ans, et un bon tiers d'entre eux entre 20 et 39 ans. En ce qui concerne leur niveau de formation, il existe de légères différences: en Suisse, la part des manifestants à bas niveau de formation est plus faible que dans les autres pays (3,8% contre presque 10% en Belgique, en Espagne et en Hollande). 81,4% des manifestants sont au bénéfice d'une formation universitaire - un taux comparable à celui de la plupart des autres pays.

De nettes différences apparaissent au niveau de leur position politique, notamment en ce qui concerne leur confiance dans les institutions politiques. En Suisse, comme en Suède, les manifestants ont nettement plus confiance dans le gouvernement, mais aussi dans le parlement et le système judiciaire, que les manifestants des autre pays. En ce qui concerne les processus démocratiques, on observe également des différences nettes au niveau de la satisfaction: en Espagne et en Angleterre, cette confiance est beaucoup moins marquée qu'en Suisse, en Suède et en Hollande.

Motif principal: la solidarité La volonté de témoigner sa solidarité est le principal motif qui pousse les individus à participer à une manifestation: cette raison a été citée par près de 70% des participants, notamment à la gay pride, à la manifestation de femmes et à la manifestation du 1er mai. 40% des participants ont invoqué la défense d'intérêts personnels. Dans le cas de la manifestation antinucléaire, il s'agissait plutôt de disposer d'un instrument: le premier objectif était de mettre les politiciens sous pression. La principale raison pour un citoyen d'aller manifester est son appartenance à un réseau social: plus il y est intégré, plus on le croisera souvent dans les manifestations.

Le résumé des résultats "Caught in the Act of Protest: Contextualizing Contestation" est disponible au format PDF auprès du FNS; e-mail: com@snf.ch.

Le texte de ce communiqué de presse est disponible sur le site Internet du Fonds national suisse: www.fns.ch > Médias > Communiqués de presse

Contact:

Prof Marco Giugni
Dr Nina Eggert
Université de Genève
Département de science politique et relations internationales
40 boulevard du Pont d'Arve
1211 Genève 4
Tél. : +41 (0)22 379 99 14
e-mail: marco.giugni@unige.ch, nina.eggert@unige.ch


Plus de communiques: Schweizerischer Nationalfonds / Fonds national suisse

Ces informations peuvent également vous intéresser: