Schweizerischer Nationalfonds / Fonds national suisse

FNS: Un patch contre le rhume des foins
Sécurité et efficacité confirmées par les premiers essais cliniques

Un patch contre le rhume des foins: des extraits de pollen déclenchent dans la peau des réactions immunitaires correctives. ©Nico Wick, USZ/FNS - Reproduction autorisée avec mention de l'auteur et uniquement dans un but rédactionnel

Bern (ots) - Un patch contenant des extraits de pollen peut atténuer d'environ 70 pour cent les symptômes du rhume des foins. Tel est le résultat qu'ont obtenu des chercheurs de l'hôpital universitaire de Zurich, dans le cadre d'un essai clinique soutenu par le Fonds national suisse (FNS).

Le nez qui coule, les yeux larmoyants: les personnes qui souffrent du rhume des foins ne se réjouissent guère lorsque la fin du printemps, synonyme de floraison des graminées, approche. Dans les pays occidentaux, une personne sur trois est allergique à leurs pollens, que le vent dissémine entre le début mai et la mi-juillet. Le seul traitement efficace contre le rhume des foins consiste à normaliser la réaction immunitaire excessive de la personne allergique, au moyen d'une thérapie immunitaire spécifique. Un traitement auquel se soumettent au plus cinq pourcent des personnes concernées, car il dure des années et suppose des dizaines d'injections et de rendez-vous chez le médecin. Il peut aussi -heureusement très rarement - provoquer un état de choc, potentiellement fatal.

Avec une équipe de chercheurs et de médecins, Gabriela Senti, de l'hôpital universitaire de Zurich travaille, à la mise au point d'un nouveau type de traitement: un patch qui fait pénétrer dans la peau les allergènes polliniques de six graminées différentes. Dans le cadre d'un essai clinique portant sur 132 personnes souffrant du rhume des foins et dont les résultats ont été récemment publiés*, les scientifiques ont montré que ce patch constituait une approche efficace et sûre. Les participants l'ont porté sur le haut du bras à six reprises pendant 24 heures, sur une période de deux mois, avant que les pollens des graminées ne commencent à circuler dans l'air: cela a suffi pour atténuer leurs symptômes de 70 pourcent en moyenne, et ce même lors de la saison suivante. Les patches qui contenaient moins d'extrait de pollen ou qui n'en contenaient pas du tout n'ont atténué que d'environ 30 pourcent les symptômes des patients dans le groupe de contrôle. Sur l'ensemble des participants, aucun effet secondaire grave n'a été observé.

La peau: un terrain d'entraînement idéal Pour Gabriela Senti et ses collègues, ces résultats encourageants sont liés à deux propriétés de la peau. Premièrement, cette dernière comporte de nombreuses cellules spécialisées, capables d'identifier rapidement les corps étrangers, comme les virus, et de déclencher une réaction immunitaire ciblée. Si l'on veut dompter au moyen d'une thérapie immunitaire spécifique les réactions aux allergènes polliniques, par ailleurs inoffensifs, la peau constitue un terrain d'entraînement idéal pour le système immunitaire.

Deuxièmement, les couches externes de la peau ne contiennent pas de vaisseaux sanguins. Cela réduit le risque de voir les allergènes passer dans la circulation du sang et provoquer des réponses immunitaires systémiques, avec pour conséquence la perturbation du système immunitaire de tout l'organisme et le déclenchement d'un choc anaphylactique, souligne Gabriela Senti.

Potentiel d'amélioration Le traitement n'est pas encore mûr pour une utilisation dans le quotidien clinique. Pour permettre par exemple aux allergènes polliniques de pénétrer dans la peau et d'entrer en contact avec les cellules immunitaires de l'épiderme, Gabriela Senti et ses collègues ôtent la couche cornée qui recouvre ces dernières au moyen d'un adhésif; comme ce procédé ne permet pas toujours d'obtenir des résultats optimaux, les chercheurs souhaitent l'améliorer. «Une fois ces obstacles écartés, plus rien ne devrait s'opposer à notre lutte contre le rhume des foins, estime Gabriela Senti. Nous disposerions enfin d'un moyen simple pour combattre cette nouvelle et pénible épidémie de civilisation.»

(*) Gabriela Senti, Seraina von Moos, Fabian Tay, Nicole Graf, Theodor Sonderegger, Pål Johansen and Thomas M. Kündig (2011). Epicutaneous allergen-specific immunotherapy ameliorates grass-pollen-induced rhinoconjunctivitis: A double-blind placebo-controlled dose-escalation study. Journal of Allergy and Clinical Immunology online: doi: 10.1016/j.jaci.2011.08.036 (disponible au format PDF auprès du SNF; e-mail: com@snf.ch)

Le texte et la photo en haute résolution de ce communiqué sont disponibles sur le site internet du Fonds national suisse: www.fns.ch > Médias > Communiqués de presse

Contact:

Dr Gabriela Senti
Centre de recherche clinique ZKF
Hôpital universitaire et Université de Zurich
Rämistrasse 100
CH-8091 Zurich
Tél.: +41 (0) 44 634 55 09
e-mail: Gabriela.Senti@usz.ch



Plus de communiques: Schweizerischer Nationalfonds / Fonds national suisse

Ces informations peuvent également vous intéresser: