Schweizerischer Nationalfonds / Fonds national suisse

FNS: Lutte contre le sida

Bern (ots) - Le traitement anti-VIH est efficace contre tous les types de virus

Presque tous les médicaments anti-VIH ont été développés en Europe ou en Amérique du Nord. Mais ils tiennent aussi en échec les virus d'Afrique et d'Asie, comme le montre une étude soutenue par le Fonds national suisse.

Le VIH, ou virus du sida, présente une très importante variabilité génétique. Il en existe différents types, dont la fréquence varie d'une région du monde à l'autre. En Occident, où les médicaments ont été développés et testés, c'est le sous-type B qui domine. Mais au niveau mondial, 90 pour cent des personnes touchées sont infectées par d'autres types de virus, qui prédominent en Asie et en Afrique.

Des doutes infondés Certains experts craignaient que les traitements efficaces contre le sous-type B du VIH présentent une moins bonne efficacité contre d'autres souches virales. Or, comme le montre une étude récemment publiée par des chercheurs de l'Etude suisse de cohorte VIH (*), ces doutes sont infondés. «Les études conduites jusqu'ici avaient le défaut de comparer des patients avec des patrimoines génétiques distincts atteints par diverses sous-types de VIH», explique le directeur de l'étude Huldrych Günthard, de l'Hôpital universitaire de Zurich. «De fait, il était impossible d'établir clairement si, en matière de traitement, les différences de succès étaient liées au sous-type ou à l'origine ethnique du porteur. La taille de la cohorte nous a permis d'analyser pour la première fois cette question dans le cadre d'une même ethnie, regroupant uniquement des patients blancs.»

Le traitement échoue encore plus rarement contre les autres types de virus 5268 patients ont été inclus dans l'étude. 4729 d'entre eux étaient infectés par le sous-type B, et 539 porteurs d'un autre sous-type. Comme on s'y attendait, le traitement anti-VIH s'est avéré efficace contre le sous-type B: pour 100 années de traitement (que l'on obtient lorsque l'on traite par exemple 100 patients pendant un an, ou 50 patients pendant deux ans), quatre échecs thérapeutiques ont été observés. En d'autres termes, la charge virale dans le sang de ces patients n'avait jamais suffisamment baissé, ou était brusquement remontée à un moment ultérieur du traitement. Dans le cas des sujets non porteurs du sous-type B, le traitement a échoué encore plus rarement, deux fois seulement pour 100 années de traitement.

Ces résultats ne signifient pas que les traitements anti-VIH devraient montrer une efficacité supérieure en Afrique ou en Asie par rapport à l'Europe, souligne Huldrych Günthard. En effet, leur succès dépend aussi d'autres facteurs, génétiques par exemple, mais aussi de la diligence avec laquelle les patients suivent les recommandations de leur médecin. Cependant, il est possible à présent d'exclure l'hypothèse selon laquelle les traitements existants seraient moins à même de tenir en échec les types de virus qui prédominent en Afrique et en Asie. Pour la Suisse aussi, ces résultats sont importants, relève encore le chercheur: comme dans toute l'Europe et en Amérique du Nord, la fréquence des autres sous-types du VIH y est en augmentation.

*Alexandra U. Scherrer, Bruno Ledergerber, Viktor von Wyl, Jürg Böni, Sabine Yerly, Thomas Klimkait, Philippe Bürgisser, Andri Rauch, Bernard Hirschel, Matthias Cavassini, Luigia Elzi, Pietro L. Vernazza, Enos Bernasconi, Leonhard Held, Huldrych F. Günthard, and the Swiss HIV Cohort Study (2011). Improved Virological Outcome in White Patients Infected With HIV-1 Non-B Subtypes Compared to Subtype B. Clinical Infectious Diseases online: doi: 10.1093/cid/cir669 (disponible au format PDF auprès du FNS; e-mail: com@snf.ch)

Le texte de ce communiqué est disponible sur le site internet du Fonds national suisse: www.fns.ch > Médias > Communiqués de presse

Contact:

Prof. Huldrych Günthard
Clinique des maladies infectieuses et d'hygiène hospitalière
Hôpital universitaire de Zurich
Rämistrasse 100
8091 Zurich
Tél.: +41 (0) 44 255 34 50
e-mail: huldrych.guenthard@usz.ch



Plus de communiques: Schweizerischer Nationalfonds / Fonds national suisse

Ces informations peuvent également vous intéresser: