Schweizerischer Nationalfonds / Fonds national suisse

FNS: Tirer les leçons des réussites et des échecs

    Bern (ots) - Lancement du Programme national de recherche «Egalité entre hommes et femmes» (PNR 60)

    Tirer les leçons des réussites et des échecs

    Aujourd'hui encore, femmes et hommes ne sont pas égaux. Le Programme national de recherche «Egalité entre hommes et femmes» (PNR 60), qui démarre maintenant, a pour objectif d'évaluer les effets des mesures prises jusqu'ici en matière d'égalité. Les connaissances générées dans ce cadre serviront de base pour une politique de l'égalité tournée vers l'avenir.

    L'égalité entre femmes et hommes n'est toujours pas atteinte, aujourd'hui. Par rapport à il y a vingt ans, les jeunes femmes bénéficient certes de bien meilleures chances et sont mieux soutenues dans leur vie professionnelle; quant aux jeunes hommes, cela fait longtemps qu'ils ont d'autres modèles que ceux auxquels se référaient leurs pères. Mais femmes et hommes n'ont toujours pas les mêmes chances - que ce soit au niveau de la formation, de la vie professionnelle ou de la vie de famille.

    Sur le terrain de la réalité sociale Le travail rémunéré et non rémunéré est toujours réparti de manière inégale entre les genres. Les femmes travaillent bien plus souvent que les hommes à temps partiel ou n'ont qu'un taux d'occupation très bas. De fait, elles sont beaucoup moins bien prémuniesdisposent de beaucoup moins de ressources en cas de divorce ou pour affronter la vieillesse. Par ailleurs, de nombreuses voies et de nombreux niveaux de formation continuent à ne pas attirer de la même manièattirer de façon différentere jeunes hommes et jeunes femmes. En dépit d'une qualification égale, les femmes connaissent en moyenne moins d'avancement professionnel que les hommes et elles gagnent souvent nettement moins qu'eux pour le même travail. Au niveau de la famille et du foyer, ce sont elles qui assument majoritairement la responsabilité de la garde des enfants et de la prise en charge des personnes dépendantes. Alors que les hommes endossent surtout celle du revenu familial. Enfin, les femmes continuent d'être plus souvent victimes de violences domestiques. «Le droit et la loi ne sont pas forcément les déterminants de l'ordre social», explique Brigitte Liebig, Présidente présidente du comité de direction du PNR 60, sur cette question de la divergence entre le droit et la réalité sociale de l'égalité. On ignore encore pourquoi ce fossé persiste dans de nombreux domaines, après plus d'une générationde vingt-cinq ans de politique de l'égalité en Suisse.

    Dans le collimateur: la politique et le quotidien de l'égalité Le PNR 60, qui démarre maintenant, a donc pour objectif d'évaluer les effets des stratégies, des mesures et des programmes mis sur pieds jusqu'ici en matière de politique de l'égalité. Quelques projets du programme se penchent aussi sur certains domaines politiques et certaines mesures qui ne ciblent pas directement l'égalité de genre, mais qui l'influencent directement ou indirectement, comme la politique fiscale ou les réformes des assurances sociales.

    D'autres projets se concentrent sur le quotidien social des inégalités. «Ces chercheurs abordent d'un côté les habitudes et les 'routines intellectuelles' quotidiennes, les différences et les hiérarchies de tous les jours entre les genres, explique Brigitte Liebig. De l'autre, ils s'efforcent d'identifier les décisions individuelles et les conditions-cadres structurelles qui, aujourd'hui encore, font que sans qu'on s'en rende compte, femmes et hommes n'ont pas les mêmes chances au niveau de leur vie familiale, de leur formation et de leur vie professionnelles.» Dans le cadre de leurs travaux, les chercheurs considèrent aussi de nouvelles formes de discrimination, fondées sur une association entre le genre et d'autres différences, comme l'origine sociale ou ethnique, l'âge ou le statut parental.

    Egalité dans le processus social Au cours des prochaines années, le PNR 60 générera des connaissances empiriquement fondées, qui permettront de comprendre pourquoi l'égalité de genre n'est toujours pas atteinte dans de nombreux domaines. Ces résultats serviront de base pour l'élaboration de stratégies et de mesures visant à mieux exploiter le potentiel des femmes dans la vie professionnelle, par exemple, et à mettre en évidence des moyens susceptibles d'influencer les prises de décision en matière de formation et de vie professionnelle. «Mais avant tout, le PNR 60 entend étayer à long terme les réflexions et les changements qui ciblent l'égalité, souligne Brigitte Liebig. Car même si l'égalité de genre allait aujourd'hui de soi, les changements sociaux exigent que nous renouvelions constamment notre questionnement sur la capacité des femmes et des hommes à vivre à égalité.»

    Chiffres et données sur le PNR 60 - 21 projets de recherche, conduits dans toutes les régions linguistiques de Suisse. - Recherche interdisciplinaire incluant des perspectives sociologiques, politiques, économiques, psychologiques et liées à la formation. - Cadre financier: 8 millions de francs. - Durée des travaux de recherche: de 2010 à fin 2013. Les personnes intéressées peuvent se tenir informées de l'avancée des différents projets en s'abonnant à la newsletter électronique. Inscription sur www.pnr60.ch.

    Téléchargement: Portrait du PNR 60 sur: www.pnr60.ch > Publications Liste détaillée des projets sur: www.pnr60.ch > Projets

    Le texte de ce communiqué est disponible sur le site internet du Fonds national suisse: www.fns.ch > Médias > Communiqués de presse

Contact: Prof René Levy Membre du comité de direction Université de Lausanne Institut des sciences sociales Bâtiment Vidy 1015 Lausanne

tél. ++41 (0) 21 903 11 32 e-mail: rene.levy@unil.ch



Plus de communiques: Schweizerischer Nationalfonds / Fonds national suisse

Ces informations peuvent également vous intéresser: