Schweizerischer Nationalfonds / Fonds national suisse

FNS: Mirjam Christ-Crain reçoit le Prix Latsis 2009

Prof Mirjam Christ-Crain, lauréate du Prix Latsis national 2009 ©Derek Li Wan Po/SNF

    Bern (ots) -

    - Indication: Du matériel iconographique sera diffusé sur
        Keystone par Photopress et peut être téléchargé sous:
        http://www.presseportal.ch/fr/pm/100002863 -

    Interpréter correctement les signaux de la maladie

    Mirjam Christ-Crain est médecin. Elle étudie lesquelles des hormones libérées  par l'organisme en cas de pneumonie ou d'attaque cérébrale sont susceptibles de fournir à temps des prévisions sur l'évolution de la maladie, et donc de constituer un outil de décision clair pour le traitement de ces affections. Pour ses travaux pionniers, Mirjam Christ-Crain se voit décerner le Prix Latsis national doté de 100 000 francs, que le Fonds national suisse (FNS) attribue chaque année sur mandat de la Fondation Latsis à Genève.

    De prime abord, les pneumonies et les attaques cérébrales n'ont rien en commun. Mais ces affections sont toutes deux susceptibles de connaître une évolution bénigne ou mortelle. Et dans les deux cas, il est très difficile de formuler des pronostics sur la base de signes cliniques extérieurs - d'où la nécessité de jeter un coup d'oeil attentif à ce qui se passe à l'intérieur de l'organisme.

    C'est ici qu'intervient l'endocrinologie moderne, soit l'étude des hormones. Mirjam Christ-Crain, 34 ans, médecin-chef et bénéficiaire d'un subside de professeur boursier FNS à l'Hôpital universitaire de Bâle, décrit son domaine de spécialité comme de l' «endocrinologie élargie». En effet, cette chercheuse ne s'intéresse pas seulement au diabète ou aux maladies de la glande thyroïde sur lesquelles les endocrinologues se concentrent la plupart du temps. Son domaine couvre aussi d'autres affections. Dans le cadre de ses travaux, Mirjam Christ-Crain a montré pour la première fois que le taux d'hormones du stress dans le sang permettait de prédire précocement l'évolution de la maladie et constituait donc un outil de décision clair pour le traitement d'une pneumonie ou d'une attaque cérébrale. Mirjam Christ-Crain se voit maintenant décerner le Prix Latsis national 2009 pour ces contributions. Ce prix de renom doté de 100 000 francs est remis chaque année par le FNS sur mandat de la Fondation Latsis à des jeunes chercheurs pour leurs travaux scientifiques remarquables.

    La juste dose de stress C'est en étudiant les signaux susceptibles de fournir un pronostic sur l'évolution des pneumonies que Mirjam Christ-Crain s'est intéressée aux hormones que libère l'organisme en réponse au stress. La chercheuse a remarqué que chez les patients avec un niveau de stress élevé - c'est-à-dire avec un taux élevé d'hormones du stress comme le cortisol -, la maladie évoluait de manière défavorable, avec une mortalité importante. Un taux de cortisol trop élevé inhibe en effet la réponse immunitaire de l'organisme, ce qui s'avère fatal en cas de pneumonie. «Le niveau de stress ne devrait être ni trop élevé, ni trop bas», résume Mirjam Christ-Crain. L'organisme a en effet besoin d'un taux minimum d'hormones du stress pour surmonter une affection aussi lourde qu'une pneumonie.

    Mirjam Christ-Crain opère la même réflexion dans le cas des patients victimes d'une attaque cérébrale. La chercheuse s'est demandée comment pouvoir déterminer de manière objective quels sont les patients qui se remettront vite et quels sont ceux qui courent un risque plus élevé de décéder des suites de l'attaque. Là aussi, il existe une relation: plus le taux d'hormones du stress circulant dans le sang est élevé, plus l'évolution risque d'être défavorable. «Un test d'hormones du stress devrait permettre à beaucoup de patients de rentrer plus tôt à la maison et de ne garder à l'hôpital que ceux pour lesquels nous craignons une détérioration de leur état», souligne encore Mirjam Christ-Crain.

    Une recherche qui demande de plus en plus d'investissement Pour ses premières études, Mirjam Christ-Crain a dû énormément s'engager: «Avec un poste à 100% en clinique, il ne me restait plus guère que les soirs et les week-ends pour la recherche, raconte-t-elle. Cette période a été très intense.» Entre-temps, estime la chercheuse, mener des études est devenu plus compliqué et de plus en plus lourd en termes d'investissement , car l'environnement a connu une inflation bureaucratique. Résultat, d'après elle: un effet dissuasif sur la relève académique qui se détournerait de la recherche clinique. Mirjam Christ-Crain démontre que ces efforts sont récompensés et que cette voie est compatible avec une vie de famille: mère de deux enfants, elle se réjouit de voir le Prix Latsis national récompenser cette année une médecin active dans la recherche: «Cela montre qu'en tant que principale instance scientifique en Suisse, le FNS reconnaît et apprécie à sa juste valeur l'importance de cette recherche», dit-elle. La remise du prix aura lieu le 14 janvier 2010 au Rathaus à Berne.

    Mirjam Christ-Crain Après des études de médecine à Bâle et à Vienne, Mirjam Christ-Crain a démarré en 2001 ses recherches dans l'équipe de Beat Müller à l'Hôpital universitaire de Bâle. En étudiant un signal que l'organisme produit surtout en cas d'infection bactérienne et presque pas en cas d'infection virale des voies respiratoires, la chercheuse a montré comment diminuer de moitié les prescriptions d'antibiotiques, sans mettre en péril l'efficacité du traitement. Mirjam Christ-Crain a ensuite fait de la recherche au St. Bartholomew's Hospital de Londres, dans le domaine des hormones du stress. Elle a obtenu son habilitation en 2007 à Bâle. Depuis, elle travaille comme médecin-chef au Département d'endocrinologie de l'Hôpital universitaire de Bâle, où elle bénéficie depuis cette année d'un subside de professeur boursier FNS.

    Un portrait de Mirjam Christ-Crain en haute résolution peut être téléchargé sur: www.fns.ch > Médias > Communiqués de presse

    Le texte et la photo de ce communiqué sont disponibles sur le site Internet du Fonds national suisse: www.fns.ch > Médias > Communiqués de presse

Contact: Prof Mirjam Christ-Crain Clinique d'endocrinologie, du diabète et du métabolisme Médecine Hôpital universitaire de Bâle Petersgraben 4 CH-4031 Bâle Tél. +41 (0)61 328 70 80 e-mail: mirjam.christ-crain@unibas.ch



Plus de communiques: Schweizerischer Nationalfonds / Fonds national suisse

Ces informations peuvent également vous intéresser: