Schweizerischer Nationalfonds / Fonds national suisse

FNS: L'absentéisme scolaire a des raisons d'ordre individuel et institutionnel

    Berne (ots) - L'√©cole buissonni√®re est un probl√®me sous-estim√©

    En Suisse, un √©l√®ve sur deux s√®che occasionnellement l'√©cole, et 5 pour cent des √©l√®ves font l¬í√©cole buissonni√®re plus de cinq fois par an. La qualit√© de l'√©tablissement scolaire et la relation enseignant-√©l√®ve jouent un r√īle important dans ce probl√®me, comme le montre une √©tude soutenue par le Fonds national suisse: le ph√©nom√®ne n'est en effet pas uniquement individuel mais aussi d'ordre institutionnel.

    L'absent√©isme scolaire devient un probl√®me s√©rieux, non seulement en Allemagne, o√Ļ le sujet fait des remous dans les m√©dias, mais aussi en Suisse. Les √©tablissements scolaires helv√©tiques et les directions de l'instruction publique tol√®rent pourtant tacitement ce ph√©nom√®ne rarement d√©battu ouvertement. Les sp√©cialistes consid√®rent toujours l'√©cole buissonni√®re comme un probl√®me strictement individuel.

    Margrit Stamm, professeure assistante en p√©dagogie et en psychop√©dagogie √† l'Universit√© de Fribourg, s'est pench√© sur ce probl√®me √† peine √©tudi√© en Suisse. Son √©tude ¬ęL'absent√©isme scolaire en Suisse ¬Ė le ph√©nom√®ne et ses cons√©quences¬Ľ, soutenue par le Fonds national suisse, se base sur un √©chantillon al√©atoire de 28 √©coles et d'environ 4000 √©l√®ves des deux sexes dans neuf cantons de Suisse al√©manique. Les √©l√®ves interrog√©s √©taient de niveaux scolaires diff√©rents et avaient entre 12 et 17 ans. 65 pour cent d'entre eux fr√©quentaient une √©cole secondaire, une √©cole r√©gionale ou une classe pr√©gymnasiale.

    Les r√©sultats obtenus sont les suivants:

- Environ 50 pour cent des élèves ont déjà séché l'école au cours de leur scolarité. En comparaison internationale, ce chiffre se situe au-dessus de la moyenne. - Un élève sur trois sèche l'école occasionnellement et a fait au moins une fois l'école buissonnière au cours du dernier semestre. - Presque 5 pour cent des élèves ont séché l'école plus de cinq fois lors du dernier semestre. En Suisse, il y a donc plus d'élèves qui font régulièrement l'école buissonnière que d'élèves surdouées.

    On s'aper√ßoit √©galement que l'absent√©isme scolaire commence t√īt: plus d'un tiers des √©l√®ves ont s√©ch√© l'√©cole pour la premi√®re fois entre la quatri√®me et la sixi√®me ann√©e primaire. Il est cependant impossible de savoir si ce ph√©nom√®ne s'est accentu√© ou non ces derni√®res ann√©es. Une chose reste cependant certaine: le ph√©nom√®ne est sous-estim√©. Les enseignants interrog√©s dans le cadre de l'√©tude se trompent nettement sur le comportement de leurs √©l√®ves √† cet √©gard.

    L'absent√©isme scolaire est dissimul√© selon les possibilit√©s: les trois quarts des √©l√®ves affirment qu'ils √©taient seuls √† la maison et ont feint d'√™tre malades aupr√®s de leurs parents. Dans une famille sur trois, les parents sont pr√™ts √† signer une excuse. Et un √©l√®ve sur cinq a d√©clar√© avoir d√©j√† falsifi√© la signature de ses parents.

    64 pour cent de sond√©s motivent leur absent√©isme en n'ayant ¬ępas envie d¬íaller √† l'√©cole¬Ľ, 42 pour cent voulaient dormir davantage et 40 pour cent affirment que les cours les ennuyaient. Ces √©l√©ments t√©moignent d¬íune certaine lassitude et d¬íun point de vue n√©gatif face √† l'institution scolaire. Les exigences scolaires jouent √©galement un r√īle. 22 pour cent des √©l√®ves ne s'entendent pas avec leur enseignant et manquent l'√©cole pour cette raison. On observe aussi des sch√©mas de reproduction de comportement: ¬ęLes autres le font aussi¬Ľ (19 pour cent). Peu d'√©l√®ves invoquent le mobbing ou des brutalit√©s.

    Pour Margrit Stamm, ce taux de cinq pour cent d'√©l√®ves s√©chant r√©guli√®rement est tr√®s haut. En effet, la moiti√© de ces √©l√®ves sont d'ores et d√©j√† consid√©r√©s comme faisant partie d'un groupe √† risque. Ils fr√©quentent des classes √† effectif r√©duit ou des fili√®res √† exigences √©l√©mentaires, ont les plus mauvaises notes en math√©matiques et sont souvent les plus √Ęg√©s de leur classe √©tant donn√©s leurs fr√©quents redoublements. Leur pr√©disposition √† des comportements d√©liquants est importante. Les facteurs institutionnels jouent √† cet √©gard un r√īle peu favorable: il n'y a pas que la relation ma√ģtre-√©l√®ve qui s'av√®re mauvaise, le syst√®me de contr√īle scolaire est lui aussi quasiment inexistant. Les autres √©l√®ves qui s√®chent r√©guli√®rement l'√©cole (37 pour cent) sont √† consid√©rer comme instables. Ils ne pr√©sentent pour l'instant aucun facteur de risque pour une √©volution probl√©matique. Mais dans leur cas aussi, l'absence de tout syst√®me de contr√īle efficace des absences est frappant, tout comme le fait que ces √©l√®ves qualifient de ¬ę¬†mauvaise¬†¬Ľ la relation ma√ģtre-√©l√®ves.

    Les √©l√®ves qui s'ennuient ou qui se sentent insuffisamment sollicit√©s √† un niveau scolaire sup√©rieur forme le plus petit groupe (13 pour cent). Ils fr√©quentent des √©tablissements o√Ļ le contr√īle des absences est faible. Leur relation au corps enseignant est qualifi√©e de bonne.

    Ces r√©sultats montrent clairement que l'absent√©isme scolaire ne doit pas √™tre consid√©r√© seulement comme un ph√©nom√®ne individuel, mais qu'il s'agit d'un probl√®me qui est aussi li√© aux institutions. Manifestement, la qualit√© et l'organisation de l'√©tablissement jouent un r√īle important. M. Stamm recommande d√®s lors aux √©tablissements scolaires et aux directions de l'instruction publique de consid√©rer √† l'avenir ce probl√®me comme un devoir p√©dagogique majeur. Une r√©flexion sur le mod√®le relationnel et les particularit√©s de l'enseignement doit √™tre men√©e. Un syst√®me efficace de contr√īle des absences devrait √™tre √©galement mis en place: des √©coles et des enseignants attentifs, qui ne ferment pas les yeux sur les probl√®mes, sont la meilleure des strat√©gies de pr√©vention.

Publications:

Stamm, M. (2006). ¬ęSchulabsentismus. Anmerkungen zu Theorie und Empirie einer vermeintlichen Randerscheinung schulischer Bildung¬Ľ, in Zeitschrift f√ľr P√§dagogik, 2, pp 285-303.

Stamm, M. (2006). ¬ęSchulabsentismus: Eine untersch√§tzte p√§dagogische Herausforderung¬Ľ. A para√ģtre dans le prochain num√©ro de la revue Die Deutsche Schule.

Renseignements sur l’étude: Prof Dr. Margrit Stamm Université de Fribourg, Département des sciences de l'éducation Chaire de pédagogie et de psychopédagogie Rue Faucigny 2, CH-1700 Fribourg tél: +41 (0)26 300 75 60, e-mail: margrit.stamm@unifr.ch

Le texte de ce communiqué de presse est disponible sur le site internet du Fonds national suisse: http://www.snf.ch/communique



Plus de communiques: Schweizerischer Nationalfonds / Fonds national suisse

Ces informations peuvent également vous intéresser: