Schweizerischer Nationalfonds / Fonds national suisse

FNS: La Suisse renforce sa recherche clinique orientée vers les patients

    Berne (ots) - Mieux comprendre et traiter des maladies incurables

    Le Fonds national suisse a donné son feu vert à trois études de cohorte. Ces études à long terme étudient à large échelle le déclenchement et l’évolution de certaines maladies sur de vastes groupes de patients, cela en vue d’améliorer la prise en charge des personnes concernées.

    Collecter des données sur l’hépatite C et des maladies chroniques de l’intestin, mettre sur pied une plate-forme pour analyser des données relatives à la santé: tels sont les objectifs des trois nouvelles études de cohorte financées par le Fonds national suisse (FNS).

    Deux millions de francs sont prévus par année et par étude. Outre ces trois études de cohorte déjà approuvées, trois autres requêtes font actuellement l’objet d’un examen plus approfondi. Pour la période 2004 à 2007, la Confédération a mis 35 millions de francs à disposition du FNS pour renforcer la recherche clinique, qui se consacre aux causes, à l’évolution et à la thérapie des maladies humaines.

    Dans ce domaine, la Suisse fait office d’outsider. En effet, la prise en charge des patients empêche nombre de jeunes médecins de rester actifs sur le plan scientifique. C’est donc sur fond de problème de relève que la Confédération a chargé le FNS d’encourager la recherche clinique.

    Succès exemplaire de l’étude de cohorte VIH L’étude suisse de cohorte VIH, qui a connu une résonance internationale, a déjà montré que la Suisse se prêtait aux études de cohorte. Elle réunit aujourd’hui les données anonymisées de 13’000 personnes infectées par le virus VIH, dont les trois quarts sont des cas de sida déclarés. Les résultats de cette étude de cohorte ont eu une influence directe sur la qualité de la prise en charge en Suisse: l’étude a permis non seulement de documenter de nouvelles thérapies anti-VIH, mais aussi de les améliorer.

    Avec ces trois nouvelles études de cohorte, des recherches comparables seront conduites sur les maladies inflammatoires de l’intestin avec la Swiss IBD Cohort Study et sur l’hépatite C avec l’Etude suisse de cohorte hépatite C. Avec la Swiss National Cohort, il s’agit en revanche de créer une plate-forme mettant en réseau les données de santé anonymisées issues de diverses sources, comme les recensements ou les registres de décès.

    Avec les données de ces trois études de cohorte, les chercheurs pourront conduire d’autres recherches subordonnées. Ces dernières devront également recevoir l’aval du FNS, comme le souligne Daniel Scheidegger qui, en tant que vice-président de la Division III «Biologie et médecine», s’est occupé de l’évaluation des études existantes.

    Un exigeant processus de sélection 43 esquisses de projet ont été déposées au FNS après la mise au concours; seules neuf d’entre elles ont été retenues après une première sélection. Outre l’importance en politique de la santé, les principaux critères d’octroi ont été les suivants: une mise en réseau sur le plan national et la collaboration interdisciplinaire avec d’autres instituts. Les projets ont été évalués dans une première étape par la Commission spécialisée « Recherche clinique orientée patients (PaKliF) » (Division III du FNS). Pour garantir la qualité scientifique du processus de sélection, le FNS a fait appel à un comité international d’accompagnement («review panel»). L’expertise écrite d’autres spécialistes internationaux a également été sollicitée.

    Les projets seront réévalués dans deux ans par un comité d’experts, comme l’explique Daniel Scheidegger. Après cinq ans, il sera possible de déposer une nouvelle demande de soutien. «Il sera ainsi toujours possible d’arrêter une étude», souligne Daniel Scheidegger.

    Qu’est-ce qu’une étude de cohorte?     Une cohorte est un groupe de plusieurs milliers de patientes et de patients partageant certaines caractéristiques en termes de santé. Les données en rapport avec la santé de ces groupes de patients sont analysées sur de longues périodes dans le cadre d’études de cohorte. Cela permet de gagner de précieuses informations sur des maladies encore trop peu connues, ainsi que d’examiner l’efficacité des thérapies, ou encore le bien-être psychique et social des personnes concernées.

Pour plus de renseignements sur la politique de recherche liée aux études de cohorte : Prof. Daniel Scheidegger Vice-Président de la Division «Biologie et médecine » du Conseil de la recherche du FNS Département d’anesthésie Université de Bâle Spitalstrasse 21 CH-4031 Bâle tél. +41 (0)61 265 72 54 e-mail: dscheidegger@uhbs.ch

Pour des renseignements sur le processus de sélection: Dr. Aysim Yilmaz Fonds national suise Division «Biologie et Médecine» Wildhainweg 3 Case postale 8232 CH-3001 Berne tél. +41 (0)31 308 22 22 e-mail: ayilmaz@snf.ch

Le texte de cette information ainsi que les résumes des trois études de cohorte se trouvent sur la page d’accueil du Fonds national suisse: http://www.snf.ch/communique



Plus de communiques: Schweizerischer Nationalfonds / Fonds national suisse

Ces informations peuvent également vous intéresser: