Confédération des syndicats chrétiens de

La Suisse doit être un pays d'immigration digne de ce nom!

Berne (ots) - Les employeurs doivent contribuer davantage à l'intégration professionnelle des immigrés. C'est une des revendications principales d'une résolution que les délégué-e-s ont adopté lors du congrès du 9 novembre 2001 à Berne. La Suisse est un pays d'immigration depuis longtemps ; en témoigne le fait que plus de la moitié des immigrés résidant en Suisse y sont nés ou y vivent depuis plus de 15 ans. Mais la Suisse peine toujours à se reconnaître comme pays d'immigration et sa politique d'immigration reste trop marquée par les intérêts économiques. Pour faire de l'immigration non pas un problème mais un atout pour la Suisse et tous ses habitants, immigrés ou non, une véritable politique d'intégration est requise. Une telle politique est d'autant plus nécessaire que l'évolution démographique nous contraindra à recourir encore plus à l'avenir à l'immigration. Une politique d'intégration, digne de ce nom, requiert les mesures suivantes: - Plus de moyens financiers. Les dix millions de francs versés pour la première fois par la Confédération en 2001 pour des projets d'intégration concrets doivent être doublés pour 2002. A moyen terme, 50 millions de francs sont requis si l'on veut soutenir efficacement les projets d'intégration dans les villes et les régions. - Il faut accorder une importance nettement accrue à l'intégration professionnelle. Le fait qu'un chômeur sur deux dans ce pays est un immigré en est l'éclatante démonstration. Dans cette optique la CSC demande que: 1) Les employeurs contribuent davantage à l'intégration professionnelle des immigrés. Les employeurs qui reçoivent des autorisations de travail pour des travailleurs étrangers de « pays tiers » devraient être obligés par la loi de mettre sur pied des mesures d'intégration professionnelle et linguistiques (ou alors de verser une contribution financière dans ce but). 2) Les jeunes immigrés arrivés en Suisse à un âge post-scolaire puissent clarifier leurs possibilités professionnelles, suivre des cours de langue et bénéficier de mesures de formation professionnelle. Une fois ces mesures mises sur pied, elles doivent être déclarées obligatoires. - Créer davantage de marge de manoeuvre pour la politique humanitaire. En délivrant avec retenue des autorisations de travail pour des travailleurs de « pays tiers », il est plus facile d'obtenir la compréhension de la population pour trouver des solutions humaines aux problèmes de l'asile ou des « sans-papiers ». ots Originaltext: CSC Internet: www.newsaktuell.ch Contact: Confédération des syndicats chrétiens de Suisse (CSC), tél. +41 79 348 71 67.