Observatoire suisse de la santé

La promotion de la santé chez les personnes âgées: un investissement rentable

    Neuchâtel (ots) - Dans le débat en cours sur le financement des soins de longue durée, l'une des questions abordées concerne les mesures à prendre pour limiter le plus possible la fréquence des maladies chez les personnes âgées et, par là, les besoins de prise en charge de ces dernières. Une étude de l'Observatoire suisse de la santé portant sur l'état de santé de la population âgée montre que la santé des personnes ayant franchi le milieu de leur existence dépend de la manière dont elles ont vécu jusque-là. Il n'est donc jamais trop tôt pour se préoccuper de sa santé, et cette préoccupation devrait nous accompagner tout au long de notre vie. Des études longitudinales ont toutefois montré qu'une prise de conscience même tardive en faveur d'un mode de vie plus sain permet d'améliorer notablement l'état de santé.

  L'espérance de vie de la population suisse va continuer de croître ces prochaines décennies. Notre pays comptera ainsi de plus en plus de personnes de plus en plus âgées. Pour mesurer les conséquences de cette évolution, il importe de connaître l'état de santé de la population âgée et le comportement de cette dernière en matière de santé.  C'est dans ce but que l'Observatoire suisse de la santé (Obsan) a mandaté l'étude "Gesundheit in der zweiten Lebenshälfte" (état de santé dans la deuxième moitié de vie).

    De grandes différences entre les femmes et les hommes

    Les résultats de l'enquête suisse sur la santé de 2002, réalisée par l'Office fédéral de la statistique, montrent que les femmes sont plus souvent touchées que les hommes par les troubles de santé mentionnés dans l'enquête. Ainsi, 29% des femmes de plus de 70 ans souffrent de rhumatismes, une proportion environ deux fois plus élevée que chez les hommes. Les femmes ont également davantage d'accidents à leur domicile, souffrent plus souvent de fortes douleurs et sont plus fréquemment victimes de chutes. A l'inverse, les hommes sont plus souvent victimes d'infarctus du myocarde, d'accidents de sport ou du travail, de troubles de l'ouïe. Par ailleurs, ils sont proportionnellement plus nombreux à devoir subir une opération à la hanche.

    En dépit des problèmes dont elles souffrent, les femmes vivent environ six ans plus longtemps que les hommes. Comme le montre l'étude de l'Obsan, cet écart s'explique entre autres par des différences de comportement entre les sexes. Ainsi, les femmes ayant passé le cap de la mi-vie sont proportionnellement moins nombreuses à fumer et à abuser de l'alcool. Elles sont en outre plus soucieuses de leur alimentation.

    Les troubles physiques n'empêchent pas le bien-être psychique

    Bien que les troubles physiques se multiplient avec l'avance de l'âge, le bien-être psychique est élevé chez les personnes âgées et grandit même avec les années : 63% des Suissesses et des Suisses âgés de plus de 80 ans jugent leur bien-être psychique très élevé. 35% l'estiment "seulement" élevé. Les différences sont ici très faibles entre les sexes.

    La prévention et la promotion de la santé sur le long terme portent leurs fruits L'étude conclut que l'évolution de l'état de santé à un âge avancé dépend en partie du mode de vie qui a prévalu jusque-là. Selon Katharina Meyer, de l'Obsan, "les études longitudinales montrent qu'adopter un mode de vie sain influe positivement sur notre état de santé, indépendamment de notre âge. En d'autres termes : même à un âge avancé, nous déterminons par le comportement que nous avons aujourd'hui l'état de santé que nous aurons demain".

    L'étude de l'Obsan plaide pour des mesures de prévention et de promotion de la santé qui jalonneraient toute notre vie. Notre état de santé et notre comportement en la matière sont étroitement liés à nos expériences de vie. C'est pourquoi la promotion de la santé devrait être différenciée en fonction des besoins et des possibilités de chaque génération et tenir compte de l'évolution de la condition des personnes âgées. Elle devrait être adaptée aux différents groupes qui composent la population âgée, afin de tenir compte de l'hétérogénéité de cette population. La promotion de la santé comprend des mesures visant à éviter l'apparition de maladies et de troubles ainsi qu'à empêcher les rechutes après un traitement. Elle inclut aussi différentes mesures de rééducation.

    L'Observatoire suisse de la santé (Obsan) est une unité organisationnelle de l'Office fédéral de la statistique. Il a été créé dans le cadre du projet Politique nationale suisse de la santé. Son mandat de prestations est défini par la Confédération et par les cantons. L'Obsan analyse les informations existant en Suisse dans le domaine de la santé. Il soutient la Confédération, les cantons et d'autres institutions du secteur de la santé publique dans leur planification, leur prise de décisions et leurs actions.

    Kurt Wyss: Themenmonitoring - Gesundheit in der zweiten Lebenshälfte, document de travail 11, Observatoire suisse de la santé, Neuchâtel 2004.

ots Originaltext: Observatoire suisse de la santé
Internet: www.presseportal.ch

Contact:
Katharina Meyer
Observatoire suisse de la santé
Tel.:        +41/32/713'65'36
E-mail:    katharina.meyer@bfs.admin.ch
Internet: www.obsan.ch



Plus de communiques: Observatoire suisse de la santé

Ces informations peuvent également vous intéresser: