economiesuisse

economiesuissse - L'innovation pour résoudre les problèmes de trafic Beau succès public pour la conférence sur la mobilité organisée par economiesuisse à Zurich

Zürich (ots) - L'infrastructure de transport suisse restera efficace et performante à condition de miser davantage sur des solutions innovantes et intelligentes. Telle est la conclusion des intervenants à la conférence « Mobilität 2030 » organisée par economiesuisse à Zurich. Aux heures de pointe, le rail et la route touchent déjà régulièrement leurs limites en termes de capacité et une augmentation massive du trafic est annoncée d'ici à 2030. C'est pourquoi Markus Hutter, conseiller national PLR, plaide pour une politique des transports s'appuyant sur les principes de rentabilité, de causalité et sur un financement transparent. Peter de Haan, expert des comportements de mobilité chez Ernst Basler+Partner et chargé de cours à l'EPFZ, a présenté les tendances menant à une mobilité plus efficace et combinant davantage les moyens de transport qu'aujourd'hui, mais où la voiture continuera de dominer. Selon Daniel Müller-Jentsch du think tank Avenir Suisse, les principales faiblesses de la politique des transports actuelle se situent dans le domaine financier. Les bons mécanismes de marché et de fixation des prix permettraient de lisser les pics actuels et ainsi d'accroître la capacité. Dans cette optique, il faudrait abolir, à long terme, toutes les redevances fixes sur le trafic et les remplacer par une tarification de la mobilité différenciée en fonction de l'heure et du trajet.

Les différents intervenants issus de l'industrie ont montré que de telles solutions sont techniquement réalisables. Siemens propose des offres de billetterie électronique, qui permettent d'utiliser les transports publics avec une seule carte, rendant superflu l'achat de billets ou d'abonnements. Heinz Hügle, responsable Rail IT, Mobility and Logistics chez Siemens Suisse SA, a expliqué que de tels systèmes permettent non seulement de différencier les prix en fonction de la demande, mais aussi de réduire fortement les coûts de distribution pour les entreprises de transport public. Des systèmes comparables sont aussi possibles pour le trafic individuel, comme l'a montré Josef A. Czako de Kapsch TrafficCom avec l'exemple de la vignette intelligente. Celle-ci pourrait remplacer la vignette actuelle et instaurer une tarification en fonction de la distance parcourue. Cela permettrait non seulement de distinguer les usagers en fonction des distances parcourues, mais également de collecter des données pouvant être utilisées au moyen de systèmes d'information en temps réel pour piloter les flux de trafic et prévenir les embouteillages. Raimon Christiani, d'IBM a expliqué, à l'aide de plusieurs exemples que de tels systèmes deviendront indispensables pour maîtriser le volume de trafic dans des villes et des agglomérations de plus en plus grandes. À Singapour, les données collectées en temps réel au moyen de capteurs et des modèles mathématiques sont utilisés pour prédire l'évolution du trafic avec une certitude de 90 %.

Actuellement, la politique suisse des transports mise excessivement sur le béton et pas assez sur l'innovation. Les ressources financières étant limitées et les souhaits de développement de la route et du rail nombreux, il faut évaluer et utiliser, chaque fois que cela est opportun, de nouveaux systèmes et des innovations.

Contact:

Kurt Lanz, membre de la direction, tél. 079 772 33 58,
kurt.lanz@economiesuisse.ch



Plus de communiques: economiesuisse

Ces informations peuvent également vous intéresser: