economiesuisse

economiesuisse - Une solution PPP pour un deuxième tube au Gothard

Zürich (ots) - Le Conseil fédéral propose de creuser un deuxième tunnel dans le cadre de la réfection du tunnel routier du Gothard. Afin d'accroître la marge de manoeuvre financière pour éliminer les importants goulets d'étranglement quotidiens dans les agglomérations, il importe de percer, de financer et d'exploiter un deuxième tube via un partenariat public-privé (PPP). C'est réalisable et économiquement sensé, comme une étude l'a montré. Lors de l'affectation des dépenses de la Confédération dans le domaine des infrastructures, il s'agit d'utiliser les ressources de manière aussi efficace que possible sur le plan économique.

Des goulets d'étranglement apparaissent quotidiennement dans les agglomérations suisses. Afin d'accroître la marge de manoeuvre financière pour éliminer les plus graves par des fonds publics, il faut percer, exploiter et entretenir un deuxième tube au tunnel routier du Gothard via un partenariat public-privé (PPP). Cela permettrait de préserver les ressources des pouvoirs publics et d'offrir aux investisseurs institutionnels, comme les caisses de pension, des possibilités de placement sûres sur le sol suisse. Une étude a récemment montré qu'un tel modèle est réalisable et économiquement sensé dans le cas du Gothard. Un investissement privé pour une infrastructure de transport permet une affectation efficace des moyens, préserve les budgets des collectivités publiques et permet de fixer des prix corrects d'un point de vue économique. L'État bénéficie d'une infrastructure de valeur, qui améliore la sécurité routière et réduit les embouteillages. La perception d'une péage semble, en outre, en mesure de rallier une majorité de voix, comme l'a montré un sondage réalisé récemment auprès de la population suisse et publié dans le SonntagsBlick. Une telle formule libérerait des ressources publiques afin d'éliminer des goulets d'étranglement quotidiens. economiesuisse demande que les ressources de la Confédération soient utilisées de manière aussi économiquement rentable que possible. Elle estime par ailleurs important d'avoir une perspective nationale dans le domaine de la politique des infrastructures.

À long terme, economiesuisse considère que le financement des infrastructures de transport passera par l'instauration d'un système de tarification de la mobilité. Une redevance d'utilisation appliquée à tous les modes de transport, qui remplacerait les impôts actuels, crée les bonnes incitations pour les usagers et permet donc de parvenir à des infrastructures financées durablement.

Contact:

Cristina Gaggini, directrice romande
Téléphone : 078 781 82 39, courriel :
cristina.gaggini@economiesuisse.ch



Plus de communiques: economiesuisse

Ces informations peuvent également vous intéresser: