SKO Schweizer Kader Organisation

Une société individualiste et égocentrique

Zurich (ots) - Il faut malheureusement constater que, dans presque tous les pays, l'idée de solidarité ne cesse de perdre de son importance. Notre Etat, et aussi notre culture, s'en trouvent menacés. L'initiative « vache à lait » et d'autres initiatives lancées par des groupes d'intérêts montrent qu'une vision égocentrique du monde devient presque une évidence. Lisez ici comment l'ASC s'engage en faveur du bien commun, de l'humanité et de l'intégrité.

Une telle vision correspond à l'attitude politique et sociale dominante de nos jours, qui met les intérêts particuliers au centre du monde. « Je ne paie que ce que j'utilise », dit le principe égoïste, qui est à la base de la destruction de la solidarité sur laquelle notre société est bâtie.

Peu importe, en ce qui concerne les effets, que cette démolition de la solidarité et de l'Etat soit intentionnelle ou que l'on se contente de s'en accommoder. Dans les deux cas, on détruit l'équilibre qui fait la force de notre pays.

La valeur d'une société

Les participants aux discussions du café du commerce ont parfois le réflexe populiste de décrire l'Etat comme un voleur qui fait des bénéfices illicites ou exerce des activités inutiles. On ne peut pas réduire la valeur d'une société à la somme des intérêts particuliers et la démocratie à un amas de consommatrices et de consommateurs égoïstes. En ne pensant qu'à soi, on met en péril des valeurs importantes comme le bien public, qui est la somme du bien de tous les citoyens, de l'humanité et de l'intégrité. Ce qu'il nous faut, c'est penser en termes de relations économiques, de loyauté et de durabilité, et non faire fi de tout égard, ne penser qu'à l'efficacité de l'entreprise et réfléchir à court terme.

Pour renforcer à nouveau cette attitude fondamentale, il est nécessaire d'accumuler de l'expérience, d'apprendre à connaître différents avis et d'entretenir des échanges sociaux. La contradiction et le dialogue partenarial portant sur diverses opinions ainsi qu'une mise en relation avec des initiatives alternatives et la fécondation par celles-ci relativisent notre propre attitude et permettent de trouver de meilleures solutions aux problèmes d'aujourd'hui et de demain. Pour ne pas tout ramener à nous et promouvoir à nouveau le bien de tous, le bien de la société, nous avons besoin à nouveau d'une culture du débat. Peut-être est-ce en contradiction avec le néo-libéralisme. Cependant, nous avons tendance à nous métamorphoser en calculatrices égocentriques et amorales afin de pouvoir agir sur le marché avec une efficacité sans limite et réaliser les rendements des capitaux les plus élevés possibles. Cette pensée à court terme, nous ne pouvons pas nous la permettre.

La valeur de l'information

Nous ne devrions pas fonctionner selon un modèle déterminé. Nous pouvons dire « non », nous avons un choix. D'innombrables exemples nous montrent que, actuellement, c'est justement cet examen et ce choix qui sont mis en péril. L'information et sa diffusion jouent ici un rôle important. Trop souvent, on génère des informations en pensant d'abord aux taux de clics que l'on peut obtenir. Les intérêts propres et la volonté de se profiler dominent. Mais nous devons aussi être conscients que nos propres modèles mentaux faussent la perception des informations. Il est d'autant plus nécessaire de rendre à nouveau compréhensibles les rapports économiques au sein de notre société. De cette façon, les citoyens seront mieux informés des conséquences de leurs actions et pourront agir de façon responsable.

L'ASC se considère comme un médiateur entre les travailleurs et les employeurs. Dans le sens des idées exposées, nous exigeons du respect dans les débats, aussi à l'égard des opinions différentes, et nous nous préoccupons davantage du bien-être de tous que des avantages individuels.

L'Association suisse des cadres ASC

L'Association suisse des cadres représente les intérêts économiques, politiques et sociaux des cadres suisses. Elle se définit comme un centre de compétences pour les cadres de toutes branches et propose à ses membres de nombreuses prestations dans les domaines de la formation, de la gestion de carrière, ainsi que des services juridiques, financiers et d'assurances.

Les membres disposent de l'accès à un précieux réseau national et régional de contacts et de relations.

L'ASC possède une longue tradition et de l'influence: fondée en 1893 en tant que «Société suisse des contremaîtres», elle compte aujourd'hui plus de 12 000 membres. L'Association est active dans tout le pays et elle ne dépend d'aucun parti politique. Depuis 2009, l'ASC est membre à part entière de la confédération européenne des cadres CEC European Managers, l'organisation faîtière européenne de toutes les organisations de cadres, basée à Bruxelles. www.cadres.ch

Contact:

Jürg Eggenberger
Directeur
Association suisse des cadres ASC
T +41 43 300 50 50
j.eggenberger@sko.ch

Association suisse des cadres ASC
Case postale, 8042 Zurich
Schaffhauserstrasse 2, CH-8006 Zurich
T +41 43 300 50 50
info@cadres.ch
www.cadres.ch



Plus de communiques: SKO Schweizer Kader Organisation

Ces informations peuvent également vous intéresser: