AZconsulting

Conférence EMA invest sur la Tunisie a Genève: Le processus démocratique du Président Ben Ali unanimement salué

    Genève (ots) - Trois personnalités tunisiennes se sont exprimées, lundi 4 octobre 2004, à Genève à l'invitation de la Fondation EMA Invest, présidée par M. Guy Mettan. Mmes Salwa Tarzi, députée, et Hamida Laabidi, avocate, ainsi que M. Hédi Mechri, professeur et directeur de la revue "L'Economiste Maghrébin" ont décrit le processus démocratique initié depuis le Changement survenu en 1987 à l'initiative du Président Ben Ali. Devant une assemblée réunissant des Tunisiens établis en Suisse et des personnalités suisses et de la Genève internationale, ils ont souligné les importantes réformes et réalisations entreprises en Tunisie, tant sur le plan économique que social et institutionnel.

    Une soixante de personnes sont venues écouter les trois conférenciers invitées par la Fondation EMA Invest, qui organise annuellement à Genève un congrès consacré aux pays émergents. Son président, M. Guy Mettan, a souligné dans son préambule qu'il ne pouvait y avoir de développement économique sans démocratie mais qu'il n'existait pas non plus de démocratie sans développement économique. Le fait que la prochaine phase du Sommet Mondial sur la Société de l'Information se déroule à Tunis en 2005 démontre, si besoin en était, le degré de maturité de la société tunisienne.

    Importance du Pacte National

    Mme Salwa Tarzi, militante de longue date, députée RCD, a évoqué le vaste programme politique entrepris depuis 1987. "Le Conseil institutionnel a été établi un mois après le Changement instauré par le Président Ben Ali" a-t-elle souligné rappelant les lois et amendements adoptés pour instaurer le multipartisme et la liberté d'expression dans son pays. L'adoption du Pacte National, en 1998, a constitué aussi une adhésion aux valeurs fondamentales qui caractérisent la Tunisie, dont l'égalité entre les sexes. En ce mois d'élections législative et présidentielle, Mme Tarzi a relevé le processus continu de réformes encore renforcé, le 7 novembre 2001, par le Président Ben Aléi qui a lancé un projet de réforme constitutionnel destiné à accélrer le processus de modernisation politique en Tunisie.

    Pays ouvert à l'Europe

    Mme Hamida Laabidi, forte de son expérience pour la cause de la femme - elle préside la Commission Droit et Statut Juridique de la Femme au sein de l'Union Internationale des Avocats - a quant à elle replacé le statut de la femme tunisienne dans son contexte international et dans celui d'une société arabe et musulmane. "La Tunisie est un pays ouvert à l'Europe, à l'Occident mais attaché à ses traditions" a-t-elle déclaré, soulignant la manière "éclairée" de la Tunisie d'intégrer la religion dans la vie sociale. Les tendances conservatrices existent et même si la révolution du statut de la femme tunisienne a plus de cinquante ans d'histoire, c'est grâce au dispositif législatif mis en place et renforcé par le Président Ben Ali, que la cause de la femme a progressé en Tunisie. "Nos espoirs reposent sur le Président Ben Ali, car il est le seul capable aujourd'hui de garantir la pérennité des droits de la femme tunisienne" a affirmé avec conviction Mme Hamida Laabidi, chaleureusement applaudie par les nombreuses femmes tunisiennes présentes dans l'assistance. Elle n'a pas manqué de rappeler l'existence d'une forte proportion de femmes, tant au sein du Parlement tunisien, que dans la société civile: 10'000 femmes sont cheffes d'entreprises en Tunisie. "Le statut de la femme tunisienne est unique dans les Etats arabes musulmans. Nous avons besoin d'une volonté politique ferme et le Président Ben Ali l'incarne" a-t-elle conclu.

    Reprise de la confiance

    M. Hédi Mechri, en sa qualité de professeur à l'Institut des Hautes Etudes Commerciales et de journaliste, a évoqué les résultats économiques de la Tunisie. "Ce développement n'a pas toujours été un long fleuve tranquille, il y a eu des ratés ou des blocages, mais il est une incontestable réussite." Et d'évoquer le démantèlement tarifaire, complété d'un programme de mise à niveau des entreprises dans le but de maintenir la capacité concurrentielle et les emplois. "Nous assistons aujourd'hui à une reprise de la confiance. Avec le Président Ben Ali, on sait où l'on va et l'économie tunisienne s'est inscrite dans une pédagogie de l'effort qui est payante. La meilleure preuve est encore l'importance de l'investissement étranger en Tunisie et la réalité du pouvoir d'achat des Tunisiens."

    Le président Guy Mettan a remercié les intervenants pour leurs interventions et souligné la clarté de leurs convictions étayées par des faits et des chiffres. La conférence d'EMA Invest s'est achevé par un cocktail de l'amitié réunissant ressortissants tunisiens, Suisses et ressortissants étrangers faisant partie de la communauté internationale établie à Genève.

    Les textes des intervenants sont disponibles sur demande.

ots Originaltext: Azconsulting
Internet: www.newsaktuell.ch/f

Contact:
Azconsulting
Philippe Amez-Droz
Tel.      +41/22/786'76'86
E-Mail: az@azconsulting.ch



Plus de communiques: AZconsulting

Ces informations peuvent également vous intéresser: