AZconsulting

Le Président tunisien Ben Ali réitère sa condamnation des attentats contre les Etats-Unis et son opposition au terrorisme sous toutes ses formes

Tunis (ots) - Le Président tunisien Zine El Abidine Ben Ali a accordé une interview au quotidien autrichien "Wiener Zeitung", reprise par les agences de presse, dans laquelle il souligne les nombreuses mises en garde lancées quant au danger que représente le fondamentalisme religieux. "Rien, absolument rien ne peut justifier les attaques criminelles qui ont fait tant de victimes aux Etats-Unis", a souligné le Président Ben Ali. La Tunisie entend aussi rassurer les touristes et les investisseurs étrangers en rappelant la tolérance qui caractérise sa population, où vivent en harmonie majorité musulmane et minorités religieuses, chrétiennes ou juives notamment. "Nous avons lancé un appel à toutes les nations en vue de mener des actions concertées visant à combattre le terrorisme et à empêcher toute forme de soutien aux personnes impliquées dans des actes terroristes ou qui les encouragent", a souligné le Président tunisien qui met l'accent sur "la nécessité d'une coopération internationale pour lutter contre le terrorisme, l'extrémisme et le fanatisme." Concernant les risques d'une montée du fondamentalisme religieux dans son pays, le Président Ben Ali a déclaré: "Cette page (l'extrémisme religieux) est bel et bien tournée... Nous avons mis en oeuvre une stratégie qui s'est opposée aux racines sociales, économiques et culturelles de l'extrémisme. Et nous avons clairement posé l'exigence de l'Etat comme unique protecteur de la religion et lui seul doit veiller sur elle. Personne d'autre n'est autorisé à revendiquer pour soi le rôle de représentant ou à se servir de la religion comme masque ou alibi à d'autres fins." A propos du pluralisme et de la démocratie, le Président Ben Ali a encore réaffirmé que "la démocratie est pour nous un processus irréversible. Nous sommes également fermement décidés à protéger la démocratie face à l'extrémisme, la violence et le radicalisme, afin que les acquis soient préservés." Depuis son accession au pouvoir, en novembre 1987, le Président Ben Ali et les gouvernements successifs ont entrepris de nombreuses réformes économiques et sociales. La femme tunisienne est pleinement intégrée et participe activement au progrès et au développement du pays. Le taux de scolarisation ainsi que le PIB par habitant (2'223 dollars en 1999, source: FMI) sont nettement plus élevés que les pays voisins. La classe moyenne représente quelque 80% de la population tunisienne qui compte 9 millions d'habitants. ots Originaltext: AZconsulting Internet: www.newsaktuell.ch Contact: Le texte complet de l'interview, en anglais, est disponible auprès de: AZconsulting Relations Publiques, Genève Philippe Amez-Droz Fax +41 22 786 76 87 E-mail: az@azconsulting.ch [ 013 ]

Ces informations peuvent également vous intéresser: