Pro Senectute

Vieillir chez soi : les offres d'aide et les modèles de financement doivent être adaptés

Vieillir chez soi : les offres d'aide et les modèles de financement doivent être adaptés
Le service de transport de Pro Senectute permet aux personnes âgées de vivre plus longtemps à domicile de manière autonome. Texte complémentaire par ots et sur www.presseportal.ch/fr/nr/100002565 / L'utilisation de cette image est pour des buts redactionnels gratuite. Publication sous indication de source: "obs/Pro Senectute/Nadia Neuhaus"

Un document

Zurich (ots) - En Suisse, quelque 90% des personnes de plus de 65 ans vivent aujourd'hui chez elles. Leur nombre devrait atteindre environ 2,2 millions d'ici 2030. Cette tendance provoque une flambée des coûts de l'aide et des soins à domicile, et nécessite de nouveaux services pour une partie de cette population. L'étude de Pro Senectute « Agile, puis fragile » met en évidence les lacunes de l'offre dans le secteur de l'aide et des soins à domicile. En complément de cette étude, le Center for Disability and Integration de la Haute école de Saint-Gall (CDI-HSG) a estimé les coûts futurs de l'aide et des soins.

Sur les 1,4 million de personnes de plus de 65 ans, 90% vivent à domicile. Pour les plus de 85 ans, la proportion est encore de 57%. Bien que cette frange de la population augmente, la part des seniors vivant à domicile ne devrait guère changer d'ici 2030, selon les calculs du CDI-HSG. Autrement dit, sur les quelque 2,2 millions de personnes en âge AVS, elles seront de plus en plus nombreuses à vivre chez elles, en particulier les personnes d'âge avancé. Le fait réjouissant que les personnes âgées vivent plus longtemps chez elles n'est pas sans conséquences : selon des estimations prudentes, les coûts de la santé pour les seniors vivant à domicile qui ont besoin de soutien vont passer de CHF 7,2 milliards (2012) à CHF 10,5 milliards (2030). Sur la même période, les coûts des soins stationnaires, pour leur part, vont augmenter de CHF 3,4 milliards à CHF 4,4 milliards.

Werner Schärer, directeur de Pro Senectute, précise : « Dans le domaine de l'aide et des soins à domicile, la Suisse doit relever un défi majeur. Notre étude ' Agile, puis fragile ' montre les lacunes des prestations de soutien à domicile et la direction dans laquelle elle doivent évoluer.

Les calculs du CDI-HSG mettent en outre clairement en évidence l'augmentation massive des coûts de l'aide à domicile prévue jusqu'en 2030 (+ 45%). Une aide financée essentiellement à titre privé ou assumée grâce à l'aide informelle et bénévole des proches.

Notre conclusion : pour atteindre à l'avenir les seniors vivant à domicile de manière appropriée et répondre à leurs besoins d'aide au quotidien, des offres supplémentaires et des réflexions de fond sur le financement de ces besoins s'imposent. »

Vous trouverez les études précitées et des graphiques sur www.pro-senectute.ch/fr/medias.

Contact:

Pro Senectute Suisse
Judith Bucher, responsable des médias
Téléphone: 044 283 89 57
E-Mail: medien@pro-senectute.ch


Plus de communiques: Pro Senectute

Ces informations peuvent également vous intéresser: