Economie forestière Suisse

Bostryche : débuts d'une catastrophe annoncée

Soleure (ots) - En Suisse, dans certains cantons, il faut s'attendre pour 2001/2002 à des dégâts considérables causés par les bostryches. Les conséquences économiques risquent de compromettre la viabilité d'entreprises forestières déjà sévèrement mises à mal par l'ouragan Lothar. L'association suisse d'Economie forestière demande aux cantons et à la Confédération de poursuivre leur aide aux propriétaires forestiers touchés. La prévalence actuelle du bostryche en Suisse présente un tableau très hétérogène. Jusqu'il y a quelques semaines, grâce au temps froid et humide de ce début d'année, les attaques du ravageur avaient été moins graves que prévu. Mais maintenant, plusieurs cantons annoncent déjà des dégâts importants, tandis que certains autres ne connaissent que des attaques sporadiques. Comme on l'avait observé après la tempête Vivian, ce sont les régions fortement affectées par Lothar qui subissent ensuite les plus gros dégâts dus aux bostryches. Malgré les quantités records de bois exploité suite à l'ouragan, et en dépit de l'aide financière des cantons et de la Confédération, l'analyse des chiffres de l'an 2000 révèle un déficit de 250 millions de francs pour l'ensemble de l'économie forestière suisse. Et maintenant ce sont justement les propriétaires forestiers ayant subi les plus lourdes pertes à cause de Lothar qui sont les plus exposés aux attaques de bostryches. Pour 2001 et 2002, on s'attend à ce que les dégâts secondaires, conséquences indirectes de l'ouragan, produisent de nouvelles pertes de l'ordre de 200 millions de francs par an. La vente du bois bostryché ne couvrant même pas les frais d'abattage et de façonnage, certains cantons ont décidé désormais de le laisser sur pied. Plusieurs facteurs se cumulent pour provoquer ces pertes. Premièrement, le bois bostryché occasionne des frais de façonnage supplémentaires d'environ 15 à 30 francs par mètre cube. Son prix de vente, au contraire, est évidemment inférieur à celui du bois frais normal. En même temps, les quantités inhabituelles de bois présentes sur le marché suite à l'ouragan font baisser l'ensemble des prix. Même les propriétaires forestiers des cantons peu ou pas touchés par les dégâts seront confrontés à une conjoncture défavorable. Après la chute des prix due à l'offre massive de bois renversé par l'ouragan, c'est maintenant le bois bostryché qui va inonder le marché. Les prix seront longs à s'en remettre, d'autant plus que l'industrie du bois a déjà acquis des stocks importants suite à l'ouragan et que, de son côté, l'industrie du bâtiment connaît un fléchissement. Des photographies illustrant les dégâts du bostryche sur l'épicéa peuvent être téléchargés sur notre site à la page des communiqués de presse : www.wvs.ch/fr/presse/presse1.html ots Originaltext: Economie forestière association suisse Internet: www.newsaktuell.ch Contact: Economie forestière association suisse Rosenweg 14 4501 Soleure Tél. +41 32 625 88 00 Fax +41 32 625 88 99 E-Mail: info@wvs.ch Internet: www.wvs.ch Personnes de contact: - Urs Amstutz, directeur - Marcel Güntensperger, responsable des relations publiques

Ces informations peuvent également vous intéresser: