Schweizerisches Rotes Kreuz / Croix-Rouge Suisse

Caritas Suisse - Entraide Protestante Suisse - Croix-Rouge suisse - Fondation Terre des hommes Tois ans après le tsunami: Succès des travaux de reconstruction des oeuvres d'entraide suisses

Bern (ots) - Exactement trois ans après le raz-de-marée qui a dévasté les pourtours de l'océan Indien, les oeuvres d'entraide suisses tirent un bilan positif de l'aide à la reconstruction qu'elles ont fournie dans les zones côtières de la province indonésienne d'Aceh, du Sri Lanka et du sud de l'Inde. En tout, elles ont bâti ou rénové 15 000 habitations, se sont engagées dans la construction d'écoles et de dispensaires et ont aidé des milliers de familles de pêcheurs à entamer une nouvelle existence. Pour ce faire, elles ont aussi pu compter sur le soutien financier de la Chaîne du Bonheur. L'aide en faveur des victimes du tsunami qu'a apportée et planifiée Caritas Suisse se monte globalement à 75 millions de francs. L'essentiel des efforts de cette oeuvre d'entraide a porté sur la construction de 3500 maisons permettant de loger 20 000 personnes à Aceh, au Sri Lanka et dans le sud de l'Inde. Plus de la moitié des chantiers ont déjà été menés à leur terme. En outre, Caritas a également assuré l'approvisionnement en eau et en électricité des habitations, la construction de dispensaires ainsi que la mise en oeuvre de mesures créatrices de revenus pour les familles de pêcheurs et les veuves. L'Entraide Protestante Suisse (EPER) a entrepris des projets de reconstruction en Indonésie, en Inde et au Sri Lanka qui ont nécessité un investissement de 21,4 millions de francs. Ces programmes sont pratiquement achevés. Fin novembre, 398 habitations dans le village de Thoduvai (Etat indien du Tamil Nadu) ont pu être remises aux bénéficiaires. En Indonésie, le soutien de l'EPER s'est concentré sur l'île de Nias. Des programmes de développement à long terme visant à améliorer la situation économique et sociale des habitants ont été engagés dans six villages reculés. Au Sri Lanka, l'EPER et la Croix-Rouge suisse (CRS) mènent, en collaboration avec la DDC et la Chaîne du Bonheur, un programme cash en faveur de plus de 10 000 familles. Les propriétaires des maisons reçoivent une aide pécuniaire pour reconstruire de leurs propres mains leurs habitations détruites. Ce programme, qui est encadré par l'EPER à Matara, dans le sud du pays, et par la CRS à Trincomalee, sur la côte est, a été couronné de succès. La CRS a disposé de plus de 80 millions de francs pour intervenir dans les régions ravagées par le tsunami. A Pondichéry, dans le sud-est de l'Inde, cinq villages peuplés de 1900 familles de pêcheurs seront terminés d'ici mi-2008. La construction d'un chantier naval et des mesures créatrices de revenus à l'intention des femmes ont permis aux habitants d'avoir de nouveau prise sur leur avenir. Au Sri Lanka, plus de 6000 familles bénéficient d'un logement nouveau ou rénové. A Aceh (en Indonésie), la CRS a bâti plusieurs complexes scolaires permettant d'accueillir 1500 enfants ainsi que des dispensaires. Sur la côte est du Sri Lanka (districts de Batticaloa et d'Ampara), la Fondation Terre des hommes a ouvert des centres pour permettre à 9500 enfants de surmonter, à travers des activités ludiques et sportives, les traumatismes causés par la catastrophe. Une étude scientifique a montré cette année que les enfants concernés avaient pu développer leur résilience et recouvrer leur confiance en eux. Par ailleurs, Terre des hommes a dispensé une assistance sociale à quelque 3800 familles. La construction de 1900 latrines et de 31 puits communautaires ont considérablement amélioré la situation sanitaire, permettant notamment à plus de 50 000 personnes d'avoir accès à de l'eau potable. Sur les îles Andaman (Inde), presque entièrement submergées par le raz-de-marée, 5000 enfants ont en outre bénéficié d'activités socio-éducatives. Sur l'île de Nias, située au large de Sumatra, l'organisation d'entraide Medair mène différents projets dans les domaines de la santé et de l'approvisionnement en eau potable en faveur de 35 000 personnes vivant dans des villages détruits. Contact: Hanspeter Bigler, responsable Communication EPER : 079 602 40 27 Jürg Meichle, coordinateur « tsunami » CRS : 079 280 39 50 Claudia Galli, Communication Terre des hommes : 076 455 61 75

Ces informations peuvent également vous intéresser: