Comparaison du prix des médicaments avec l'étranger: encore de grandes différences de prix des génériques, l'écart de prix des médicaments brevetés diminue

   

Bâle, Liestal, Soleure et Zoug (ots) - Les médicaments protégés par un brevet sont encore 12% plus chers en Suisse qu'en moyenne des six pays de comparaison. L'écart de prix des génériques est plus élevé: 49%. C'est ce que montre la quatrième comparaison du prix des médicaments avec l'étranger réalisée conjointement par les assureurs-maladie et l'industrie pharmaceutique.

D'après les résultats présentés aujourd'hui à Berne, le prix de fabrique moyen des 200 produits originaux brevetés ayant le plus fort chiffre d'affaires est de 12% inférieur à l'étranger à ce qu'il est en Suisse, sur la base d'un taux de change de CHF 1.29. Calculé avec le même taux de change, l'écart était de 17% l'année précédente. La différence de prix continue à être essentiellement influencée par le taux de change. Thomas Cueni, secrétaire général d'Interpharma, justifie cet écart par les différences de niveau du coût de la vie et par les taux de change: «Le franc suisse est encore nettement surévalué.» Pour Christoph Meier, directeur de santésuisse, il reste cependant un potentiel d'économies: «La différence de prix des médicaments avec l'étranger est encore trop grande. De plus, le taux de change est exagéré pour des raisons politiques. Il faut systématiquement mettre en oeuvre les baisses de prix prévues.»

Thomas Binder, directeur de vips, souligne qu'en raison des baisses de prix de quelque 800 médicaments en novembre 2012, des économies considérables ont à nouveau été réalisées. «Les pronostics d'IMS Health montrent en outre que le marché suisse du médicament ne connaîtra qu'une faible croissance dans les prochaines années», déclare Binder.

Pour ce qui est des médicaments dont le brevet est arrivé à échéance ainsi que des génériques, la comparaison de prix se base sur les quelque 200 substances actives générant le plus fort chiffre d'affaires. Les prix suisses des médicaments originaux tombés dans le domaine public sont d'environ 2% inférieurs à la moyenne des pays de comparaison. En revanche, les génériques sont nettement plus chers en Suisse qu'à l'étranger. La différence de prix reste à un niveau équivalent à celui des années précédentes, se montant à environ 49%. D'après Peter Huber, directeur d'Intergenerika, ceci reflète assez exactement les différences de niveau du coût de la vie. «De plus, notre système de prise en charge centré sur le patient et la qualité de nos prestations ne sont pas comparables avec l'étranger», souligne Huber.

Pour l'industrie pharmaceutique et pour santésuisse, il est crucial de trouver rapidement une solution politique aboutissant à un nouveau système de fixation des prix. Tant les associations pharmaceutiques que santésuisse ont fait des suggestions. Thomas Cueni, secrétaire général d'Interpharma, ajoute: «Sur la base des suggestions soumises, il devrait être possible de trouver rapidement une solution consensuelle à la controverse sur le contrôle des prix.» De même, Christoph Meier, directeur de santésuisse, souligne l'importance d'une solution solide: «Les plaintes déposées empêchent une solution rapide. Pour les assureurs-maladie, il est important que l'admission des médicaments au remboursement par les caisses soit vérifiée régulièrement à l'aide de tous les critères d'admission et que plus de génériques soient utilisés sur le marché des produits tombés dans le domaine public.»

C'est déjà la quatrième fois que l'association faîtière de l'assurance-maladie santésuisse et les associations de branche de l'industrie pharmaceutique (Interpharma, vips et Intergenerika) réalisent conjointement une comparaison du prix des médicaments avec l'étranger. A cet effet, les prix de fabrique pratiqués en Suisse en décembre 2012 pour les médicaments brevetés et pour ceux tombés dans le domaine public ainsi que pour les génériques ont été comparés avec ceux d'Allemagne, d'Autriche, du Danemark, de France, de Grande-Bretagne et des Pays-Bas.

Contact:

Thomas Binder, directeur de vips
Tél.: +41/79/321'86'90

Thomas B. Cueni, secrétaire général d'Interpharma 
Tél.: +41/79/322'58'17

Peter A. Huber, directeur d'Intergenerika 
Tél.: +41/79/273'14'05

Christoph Meier, directeur de santésuisse 
Tél.: +41/79/366'12'63