Interpharma

Merck Serono: revers pour la place scientifique suisse

Bâle (ots) - Les plans de restructuration de Merck Serono rendus publics aujourd'hui sont un revers pour la place pharmaceutique suisse. Les mesures annoncées de fermeture du site de Genève et de coupes sombres dans la recherche montrent bien l'urgence d'un plan directeur tel qu'Interpharma le réclame depuis plus d'un an auprès du Conseil fédéral pour revitaliser la place scientifique et pharmaceutique suisse.

Interpharma, l'association des entreprises pharmaceutiques suisses pratiquant la recherche, déplore les nombreuses suppressions d'emploi et le retrait partiel de Merck Serono de Suisse. Par sa taille, Merck Serono, membre d'Interpharma, est au troisième rang des entreprises pharmaceutiques en Suisse. C'est donc un dur revers dont est victime la place pharmaceutique, d'autant plus que c'est surtout la recherche qui est concernée.

Il faut analyser la décision de la maison mère allemande de Merck Serono dans le contexte de la pression globale croissante qui s'exerce sur l'industrie pharmaceutique au niveau des prix ainsi que de déceptions dans le domaine de la recherche. Cependant, le fait que le site suisse, d'où les activités pharmaceutiques mondiales de Merck Serono étaient dirigées jusqu'à présent, soit touché de manière disproportionnée, est aussi dû à la baisse d'attractivité de la place pharmaceutique et scientifique. Depuis des années, Interpharma critique les lourdes procédures requises pour lancer des essais cliniques ainsi que les retards d'autorisation de mise sur le marché de médicaments et de leur admission au remboursement, phénomènes qui ont fait diminuer de 40% les essais cliniques réalisés en Suisse. Thomas Cueni, secrétaire général d'Interpharma, souligne à ce sujet: «Il est temps que les autorités suisses reconnaissent les signes des temps et agissent pour améliorer l'attractivité du site. D'autres pays ont largement rattrapé leur retard dans ce domaine.»

De plus, ces derniers temps, la situation monétaire a énormément accru la cherté de la Suisse, ce qui n'a pas amélioré les choses pour Genève. Bien que des raisons spécifiques à l'entreprise aient été décisives pour les mesures de restructuration de Merck Serono, on peut certainement supposer que la force du franc et la décision récente du Conseil fédéral de baisser le prix des médicaments sur la seule base des fluctuations monétaires n'ont pas bénéficié à la place pharmaceutique suisse.

Interpharma salue et soutient les diverses interventions parlementaires visant à revitaliser la place scientifique suisse. Mais il est maintenant urgent de prendre des mesures concrètes pour rendre son attractivité à la place pharmaceutique suisse. N'oublions pas qu'un franc sur vingt gagné dans l'économie suisse l'est par l'industrie pharmaceutique et que plus de 135'000 emplois dépendent directement ou indirectement de cette branche.

Contact:

Thomas Cueni, secrétaire général d'Interpharma
Mobile: +41/79/322'58'17



Plus de communiques: Interpharma

Ces informations peuvent également vous intéresser: