CdT-Swisscoalition

Journée internationale de l'eau: Les oeuvres d'entraide exigent une Convention internationale de l'eau

    Berne (ots) - A l'occasion de la journée internationale de l'eau du 22 mars, la Communauté de travail des oeuvres d'entraide demande au Conseil fédéral de s'engager en faveur d'une Convention internationale de l'eau. Celle-ci doit garantir l'accès à de l'eau potable pour tous et protéger l'eau comme " bien public ".

    Il y a trois ans, dans une réponse à un postulat émanant du Conseil national, le Conseil fédéral a promis de s'engager en faveur d'une Convention internationale de l'eau. Depuis, plus rien. Une passivité incompréhensible que la Communauté de travail reproche aujourd'hui à notre gouvernement. Elle lui demande d'honorer sa promesse notamment dans le cadre de la Commission des droits de l'Homme des Nations Unies, qui siège actuellement, ainsi qu'au sein de la Commission de l'ONU pour le développement durable (CDS). Un réseau d'ONG, que la Communauté de travail est en train de mettre sur pied et qui soutient l'idée de la Convention internationale, est représenté au sein de ces organes.

    Aujourd'hui 1,4 milliards de personnes ne disposent pas encore d'un accès à de l'eau potable. Chaque jour, 6000 enfants meurent pour avoir consommé de l'eau contaminée. Parallèlement, l'eau est de plus en plus soumis au jeu des intérêts économiques et commerciaux. Des raisons suffisantes qui justifient l'urgence d'une protection de l'eau par le droit international. Comme pour le climat ou la biodiversité, l'eau doit bénéficier d'une convention élaborée au sein de l'ONU et d'un plan d'actions concret. Cette convention doit élever l'accès à l'eau potable pour tous en priorité absolue et protéger l'eau comme bien public de la mainmise des entreprises.

ots Originaltext: Communauté de travail des oeuvres d'entraide
Internet: www.newsaktuell.ch/f

Contact:
Rosmarie Baer
Mobile: +41/79/506'40'66



Plus de communiques: CdT-Swisscoalition

Ces informations peuvent également vous intéresser: