CdT-Swisscoalition

Une large alliance contre la privatisation de l'eau

Berne (ots) - Des organisations d'entraide, des syndicats, des organisations de protection des consommateurs et de l'environnement ainsi que l'Union suisse des paysans et le canton du Jura ont ensemble constitué le groupe de travail „L'eau - un bien public". L'objectif est de s'opposer à la libéralisation et à la privatisation des services publics des eaux. „L'eau est vitale et donc trop précieuse pour devenir le jouet de grands groupes uniquement intéressés au profit" a-t-on entendu dire à Berne. Selon Rosmarie Bär de la Communauté de travail des organisations d'entraide, les services publics des eaux subissent une double pression. D'abord une pression d'en haut puisqu'on parle d'une ouverture des marchés mondiaux pour les grands groupes privés dans le cadre des négociations de l'OMC sur l'Accord général sur le commerce des services (AGCS). Eric Decarro, président du syndicat SSP, a signalé dans ce contexte que l'Union européenne avait exigé de la Suisse une ouverture totale de son marché des eaux pour les entreprises, une exigence à laquelle le SSP s'opposera par tous les moyens. Mais, selon Bär, les services des eaux subissent également une pression d'en bas car les services des eaux de nombreuses communes ont été séparés et transformés en sociétés anonymes. L'exemple le plus actuel est celui de la commune de Wettingen (AG) où, le week-end prochain, le souverain sera appelé à se prononcer sur un tel processus. La transformation en SA serait souvent le premier pas vers une privatisation plus complète. „Prétendre que privatiser les services des eaux présente de nombreux avantages n'est pas confirmé dans les faits" a lancé Fritz Brugger d'Helvetas. Il s'est appuyé sur une étude qui montre que les entreprises privées de distribution d'eau négligeraient les zones rurales et se concentreraient sur les régions urbaines plus rentables, tout en revoyant leurs prix à la hausse. Le groupe de travail demande notamment, que l'eau apparaisse comme un bien public dans la Constitution fédérale et que la Suisse s'engage pour une convention internationale prescrivant l'accès à l'eau potable comme un droit de l'homme. Il demande également au Conseil fédéral de refuser toute requête visant à ouvrir le marché suisse de l'eau aux grands groupes privés dans le cadre des négociations de l'OMC. ots Originaltext: Communauté de travail Internet: www.newsaktuell.ch Contact: Rosmarie Bär Tél. +41/31/390'93'32 [ 006 ]

Ces informations peuvent également vous intéresser: