CdT-Swisscoalition

Roche
Afrique du Sud : La santé passe avant la protection des brevets

Berne (ots) - La Communauté de travail Swissaid/Action de carême/Pain pour le prochain/Helvetas/Caritas demande à la multinationale bâloise Hoffmann La Roche de retirer sa plainte contre l'Afrique du Sud concernant une éventuelle violation du droit des brevets. Cette plainte, formulée par Roche et d'autres entreprises, sera débattu à Pretoria le 5 mars prochain. Ces dernières s'opposent à une législation qui permettrait d'importer des génériques à bas prix pour combattre le sida. L'Afrique du Sud a adopté en 1997 une loi autorisant l'importation de médicaments essentiels et bon marchés. Le pays s'est basé sur une clause dans l'Accord sur la propriété intellectuelle (TRIPs) de l 'OMC, qui prévoit des exceptions à la brevetabilité en cas de « situations d'urgence nationale ». L'Afrique du Sud connaît le taux de sida le plus élevé au monde ;un adulte sur 5 est atteint par le virus HIV. Avec plus de 40 autres multinationales, Roche a déposé une plainte contre cette législation, qui passera devant le tribunal le 5 mars prochain. En raison de celle-ci, la loi n'a pu être mise en vigueur. Pendant ce temps, 400'000 personnes y sont mortes du virus HIV, nombreuses d'entre elles parce qu'elles ne pouvaient s'offrir les médicaments nécessaires. Les organisations de développement suisses demande que Roche retire sa plainte. Les personnes concernées par la grave épidémie du sida dépendent d'un accès aux médicaments bon marchés. Les prix avantageux offerts l'année dernière aux pays en développement par 5 grandes multinationales, dont Roche, restent trop élevés (entre 1000 et 1800 dollars par an). Il n'est pas acceptable qu'une entreprise comme Roche, qui vient de rendre public une augmentation de 50% de ses gains, empêche un accès à bas prix à de tels médicaments pour défendre leurs propres intérêts financiers. ots Originaltext: Arbeitsgemeinschaft der Hilfswerke, Berne Internet: www.newsaktuell.ch Contact: Attache de presse: Bastienne Joerchel, tél. +41 21 612 00 95 ou Peter Niggli, tél. +41 79 262 69 27. [ 021 ]

Ces informations peuvent également vous intéresser: