CdT-Swisscoalition

(ots) "Economiser dans l'armée": Les organisations de développement disent oui

Berne (ots) - La Communauté de travail Swissaid/Action de Carême/Pain pour le prochain/ Helvetas/Caritas soutient l'initiative en faveur de la redistribution des dépenses. Les "tâches de défense" urgentes sont aujourd'hui d'affronter la pauvreté dans le monde, de contribuer aux négociations de paix lors de conflits internes des Etats et de sauvegarder les bases naturelles de la vie. L'initiative offre à notre pays l'occasion d'adapter sa politique de sécurité à ces nouvelles priorités, a déclaré Peter Niggli devant la presse. L'élément décisif du "oui" de la Communauté de travail a été l'analyse des problèmes de sécurité tels qu'ils se posent depuis la fin de la guerre froide. Pour la plupart, les conflits armés ont été des guerres civiles dont les causes sont de nature multiple. Placer des soldats et des armes high-tech à nos frontières n'a guère de sens face à une telle "situation de menace": "Ce n'est pas en tirant sur qui que ce soit que l'armée combattra la faim, la dégradation de l'environnement et l'immense fossé entre Nord et Sud - ces fléaux qui menacent la vie de centaines de millions de personnes, qui mettent en péril la paix mondiale" a fait remarquer Niggli. Les dirigeants des gouvernements occidentaux se rendent bien compte qu'il est devenu nécessaire de donner une nouvelle orientation à leur politique de sécurité. Mais, selon Niggli, on ne saurait parler de changement profond au niveau des investissements. Les pays riches balancent entre lucidité et tendance à se barricader par le biais d'interventions humanitaires armées: "Tenir par la force l'instabilité éloignée de ses frontières, ménager ses propres ressources et piller le reste de la planète, tels sont les principes de 'l'ère de paix' qui fait suite à la guerre froide" a critiqué Niggli. L'initiative en offre l'occasion d'adapter les priorités de notre politique de sécurité aux besoins actuels. Anne-Marie Holenstein, membre du comité directeur de la Communauté de travail et directrice d'Action de Carême, a évoqué les multiples facettes du travail de paix qu'accomplissent déjà les organisations d'entraide. Ces activités de longue haleine sont en général peu spectaculaires. Il est donc d'autant plus important d'en assurer le financement par des canaux «qui ne dépendent pas de conjonctures médiatiques et de générosités capricieuses». Renseignements: ots Orginialtext: Swiss Coalition of Development Organisations Internet: www.newsaktuell.ch Contact: Swiss Coalition of Development Organisations, Communauté de travail, Peter Niggli, tél. +41 78 644 35 16. [ 015 ]

Ces informations peuvent également vous intéresser: