METAS Off. féd. métrolo. accréditation

Garantir la reconnaissance internationale pour la Suisse

Métrologie et accréditation dans le contexte de la mondialisation

    Berne (ots) - L'interconnexion internationale est d'une importance primordiale pour la métrologie et l'accréditation. Le système des unités de mesure n'atteint son objectif que s'il est reconnu et utilisé dans le monde entier. Il en va de même de l'accréditation, qui ne peut parvenir à sa pleine efficacité que sur la base d'une collaboration internationale à laquelle l'Office fédéral de métrologie et d'accréditation (METAS) participe très activement, afin de garantir et de développer l'intégration de la Suisse dans le réseau mondial de la métrologie et de l'évaluation de la conformité.

    L'interconnexion mondiale de l'économie, généralement désignée par le terme de mondialisation, a connu un très grand essor au cours des dernières années. Des facteurs tels que la libéralisation du commerce, le développement effréné des infrastructures dans les domaines des transports et des communications ainsi que les mouvements politiques d'intégration ont contribué à l'accélération de ce processus. La métrologie et l'accréditation jouent un rôle important, bien qu'encore partiellement méconnu, dans ce processus général d'interconnexion et de rapprochement.

    Des mesures comparables

    Dès 1875, la convention du mètre a jeté les bases du système international d'unités (SI) qui bénéficie aujourd'hui d'une assise mondiale. Les organismes issus de la convention du mètre, en collaboration avec les instituts de métrologie nationaux (NMI), garantissent non seulement que le SI suive le développement scientifique et technique mais surtout qu'il sache l'anticiper. Les NMI réalisent les étalons nationaux, sur la base des définitions des unités de mesure, et s'assurent que tous les utilisateurs peuvent y avoir accès au niveau de précision qui leur est nécessaire.

    La longue et étroite collaboration entre les NMI et les comparaisons de mesures internationales régulièrement effectuées, à l'occasion desquelles les étalons nationaux sont comparés entre eux au niveau de précision le plus élevé, ont conduit à une mise en pratique largement unifiée du SI au plan mondial. Mais cette procédure a aujourd'hui atteint ses limites. Il est par ailleurs devenu nécessaire d'introduire une reconnaissance mutuelle, au plan international, de la réalisation et de la diffusion des unités par les instituts de métrologie nationaux (NMI), en Suisse l'Office fédéral de métrologie et d'accréditation.

    Une méthode orientée vers les processus

    Pour atteindre cet objectif, trois processus et des exigences correspondantes ont été définis dans le cadre d'un accord international de reconnaissance mutuelle (Mutual Recognition Arrangement, MRA) : le premier processus consiste en des comparaisons de mesures internationales, appelées des comparaisons clés (Key Comparisons), effectuées périodiquement au niveau le plus élevé par les comités consultatifs de la convention du mètre et les organisations métrologiques régionales, EUROMET en Europe. Ces comparaisons clés sont définies de telle manière, dans chaque discipline technique, que les réalisations des unités et les principales techniques métrologiques soient systématiquement testées et que les résultats d'un NMI puissent être mis en relation avec ceux des autres NMI.

    Le deuxième processus est destiné à apporter la preuve de la fiabilité des prestations de services offertes par les NMI. Par la signature de l'accord MRA, un institut de métrologie s'engage à fournir ses services de mesure et d'étalonnage dans le respect d'un système de gestion de la qualité reconnu (par exemple ISO/CEI 17025). Ces services peuvent être expertisés par un service d'accréditation ou faire l'objet d'une déclaration établie par l'NMI lui-même. Ils sont comparés dans le cadre de la collaboration à EUROMET et leur aptitude à satisfaire aux exigences de l'accord MRA est contrôlée.

    Le troisième processus consiste en la vérification internationale des possibilités de mesure et d'étalonnage déclarées par les NMI. Elle s'effectue sur la base de résultats issus du premier processus (Key Comparisons), des travaux scientifiques et techniques menés ainsi que de la participation à des conférences et à des projets de métrologie internationaux.

    Ces processus ont pour résultat de fournir une reconnaissance internationale des possibilités de mesure et d'étalonnage offertes par chaque NMI, lesquelles sont ensuite stockées dans une banque de données accessible via Internet et peuvent donc être théoriquement sollicitées depuis un autre pays.

    L'appréciation de la compétence technique

    L'intensité de la compétition existant sur les marchés internationaux nécessite une adaptation toujours plus rapide des produits et des prestations de services aux conditions du moment. Il faut pour cela disposer d'un savoir spécialisé et pouvoir mettre en œuvre des technologies appropriées sinon de pointe, lorsque la qualité, la fiabilité, la sécurité et le prix doivent être au diapason. Dans le contexte de la mondialisation, cela signifie tout bonnement que les investissements consentis dans les domaines de la recherche, du développement et de la production doivent conduire toujours plus vite à des résultats de qualité toujours plus élevée.

    L'accroissement de la valeur ajoutée lié à cette situation et donc la force d'attraction exercée par les emplois correspondants requièrent la mise en place de systèmes de management modernes. D'où la nécessité de disposer de services de certification adaptés, capables d'apprécier de tels systèmes de management et d'aider à la poursuite de leur développement. Les produits et les équipements de production ne sont, eux non plus, pas épargnés par ces exigences de qualité, de sécurité et de fiabilité nouvelles et toujours plus élevées à satisfaire. Des normes et des échelles d'évaluation bénéficiant d'une reconnaissance générale doivent permettre d'apprécier et d'optimiser régulièrement ces exigences. C'est la tâche confiée à des services de vérification, d'inspection et de certification qui à leur tour doivent satisfaire à un certain nombre d'exigences et ont périodiquement à se soumettre à une expertise. Le système d'accréditation a précisément été créé à cette fin.

    L'accréditation a pour but d'apprécier et de confirmer la compétence technique et la qualité des prestations offertes par les services de vérification et d'évaluation de la conformité, de soutenir la compétitivité de ces services sur les marchés désormais mondiaux et de créer les conditions propices à l'acceptation internationale des rapports de vérification et des certificats. Les services accrédités revêtent par conséquent une grande importance non seulement pour l'économie mais également pour la société dans son ensemble, avec les besoins de protection et de sécurité qui lui sont inhérents.

    Des accords multilatéraux (MLA) entre les services d'accréditation en Europe et au-delà jettent les bases d'une reconnaissance internationale des rapports et des certificats. Les 470 organismes accrédités en Suisse et la demande sans cesse croissante de prestations auprès du Service d'accréditation suisse (SAS) démontrent clairement que des exigences de qualité toujours plus élevées sont posées aux produits et aux prestations de services suisses et témoignent du fort pouvoir d'attraction de la place économique suisse.

    Des prestations de services impartiales et indépendantes La métrologie et l'accréditation ont pour objectif d'établir et de développer un système de mesure universel et une infrastructure d'évaluation de la conformité correspondante, telle que l'exige la libre circulation des marchandises et des prestations de services. Toutefois, cette infrastructure contribue également à assurer la protection et la sécurité de la société et aide à abolir les barrières commerciales non tarifaires. La métrologie et l'accréditation sont donc des tâches qui doivent s'accomplir en toute impartialité et indépendance. C'est pourquoi il est judicieux de considérer qu'elles incombent à l'Etat. De nouvelles formes d'administration (Nouvelle gestion publique, NGP) sont ici particulièrement appropriées, raison pour laquelle l'Office fédéral de métrologie et d'accréditation est géré par mandat de prestation et enveloppe budgétaire (FLAG) depuis 1999. METAS propose ses prestations de services de manière constitutive, c'est-à-dire qu'elles forment un préalable à l'activité industrielle et économique sans la concurrencer.

    METAS peut cependant effectuer des prestations de services à titre substitutif, moyennant le respect de certaines règles, lorsque celles-ci ne sont assurées par personne.

    Photo 1 "Laser primaire"

    Une comparaison clé (Key Comparison) entre le Bureau international des poids et mesures à Paris et METAS a permis de démontrer la concordance des deux lasers étalons primaires utilisés pour les mesures de longueurs, dans les limites des incertitudes de mesures déclarées.

    Photo 2 "Documents d'accréditation"

    Les documents d'accréditation bénéficient d'une reconnaissance internationale grâce à des accords multilatéraux.

ots Originaltext: metas
Internet: www.newsaktuell.ch

Contact:
Dr. Wolfgang Schwitz, Directeur, l'Office fédéral de métrologie et
d'accréditation
Lindenweg 50, CH-3003 Bern-Wabern
Tél. +41 31 32 33 201, e-mail: wolfgang.schwitz@metas.ch

Le texte et les photos peuvent être téléchargés à partir de l'adresse
Internet www.metas.ch/fr/medien.



Plus de communiques: METAS Off. féd. métrolo. accréditation

Ces informations peuvent également vous intéresser: