Administration fédérale des finances

Pas de retard dans la construction d'infrastructures publiques

Berne (ots) - A l'avenir également, la Confédération entend veiller à maintenir stable la proportion des investissements dans l'ensemble des dépenses et à concrétiser rapidement les projets prêts à être réalisés. Voilà ce qu'écrit le Conseil fédéral dans sa réponse à la recommandation du Conseiller aux Etats Hans Hofmann (UDC/ZH). Compte tenu du refroidissement conjoncturel en cours, le conseiller aux Etats Hans Hofmann invite le Conseil fédéral à maintenir à un haut niveau, dans sa planification financière, les investissements destinés à planifier et à réaliser des projets d'infrastructure. Il recommande notamment de donner sans attendre le feu vert à des projets prêts à démarrer dans les secteurs du bâtiment et du génie civil, ainsi que de ne pas freiner la réalisation des objets aujourd'hui en chantier sous prétexte de faire des économies à court terme. Le Conseil fédéral partage l'opinion de l'auteur de la recommandation, selon laquelle les investissements dans les infrastructures publiques représentent un soutien particulièrement important dans la période actuelle de ralentissement économique. Mais, dans ce domaine également, des compromis sont nécessaires eu égard au volume limité des ressources disponibles. Dans le cadre de l'élaboration du dernier budget, le Conseil fédéral a donc décidé de tailler dans les dépenses de tous les départements. Ces coupes ont touché notamment la construction des routes nationales (- 88 millions) ainsi que les contributions aux frais d'infrastructure des CFF (- 42 millions). Malgré ces restrictions budgétaires, les investissements de la Confédération dans le domaine des infrastructures lourdes demeureront élevés ces prochaines années vu que la première phase de construction des NLFA a commencé. Pour ce seul grand projet ferroviaire, les dépenses prévues pour 2002 s'accroîtront de 350 millions par rapport à celles de cette année pour atteindre près de 1,3 milliards de francs au total. Cette croissance compense largement les économies décidées par le Conseil fédéral dans le domaine des routes nationales et des CFF. Un examen de l'histoire récente montre que les proportions respectives des dépenses d'investissement et de consommation ont peu varié, en dépit de divers programmes d'économies. Entre 1980 et 1999, la part des investissements de la Confédération s'est maintenue dans une fourchette comprise entre 0,9 et 1,2 % du produit intérieur brut, ce qui témoigne d'une grande constance face aux restrictions budgétaires. Le Conseil fédéral a la ferme intention de veiller à ce que la part des investissements dans l'ensemble des dépenses demeure stable à l'avenir. ots Originaltext: Adm. fédérale des finances Internet: www.newsaktuell.ch Contact: Matthias Gygax, Adm. fédérale des finances, tél. +41 31 323 06 19 Département fédéral des finances DFF Communication CH-3003 Berne Tél.: ++41 (0)31 322 60 33 Fax: ++41 (0)31 323 38 52 e-mail: info@gs-efd.admin.ch Internet: http://www.dff.admin.ch

Ces informations peuvent également vous intéresser: