Bundesamt für Strassen ASTRA

ASTRA: Un centre de contrôle du trafic lourd sera implanté dans le canton d'Uri

      Berne (ots) - C’est à Erstfeld qu’un centre de contrôle du trafic
lourd sera mis en service en 2008 sur l’axe nord-sud. Après un
examen approfondi des deux projets soumis respectivement par les
cantons de Nidwald et d’Uri, le DETEC a opté pour la so-lution
uranaise. En plus de ce centre de grande envergure, douze autres, de
taille moyenne, verront le jour pour permettre de déployer cette
activité sur tout le ré-seau des routes nationales suisses.

    La réalisation de l’unique « maxi-centre » de contrôle du trafic lourd de l’axe nord-sud a été étudiée sur la base de deux sites possibles :

- NW : sur l’ancien aérodrome militaire de Buochs, près de la jonction Stans Sud de l’A2 - UR : dans la zone de Ripshausen, à proximité de la jonction Erstfeld de l’A2

    Chacun des deux cantons a élaboré un projet définitif, d’où la possibilité de faire une étude approfondie des dossiers afin de choisir au mieux l’emplacement.

    Si le projet d’Erstfeld l’a emporté sur celui de Stans, c’est notamment grâce aux critè-res relatifs au trafic et aux coûts. Sa position stratégique permettant de contrôler le trafic lourd en provenance du canton de Schwyz et de l’Axenstrasse a aussi fait pen- cher la balance en sa faveur.

Les contrôles intenses du trafic lourd profitent à l’ensemble de la circulation

    Le plan que l’OFROU a élaboré à l’attention du DETEC en matière d’intensification des contrôles du trafic lourd s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la loi sur le transfert du trafic sur le rail et de l’adaptation de la loi fédérale sur la circulation rou-tière. Liée à ce projet, la gestion des transports de marchandises à travers les Alpes a pour but d’éliminer la formation de bouchons ainsi que d’en réduire les effets sur l’ensemble du trafic et sur l’environnement à un niveau supportable. Le plan en vigueur se fonde sur des contrôles par sondages des conducteurs et des véhicules. L’analyse des irrégularités révèle que 60% de ces dernières sont dues aux chauffeurs (fatigue excessive, alcool, etc.), 30% à l’état des véhicules et 10% au char- gement (surcharge, matières dangereuses).

    Le premier centre de contrôle du trafic lourd a été mis en service en novembre 2004 à Unterrealta (GR). Onze autres, également de taille moyenne, sont à l’étude (St-Maurice, Schaffhouse, Sigirino, Reiden, Uhwiesen, Chavornay, Oensingen, Frick et Schafisheim, plus deux sites à déterminer).

DETEC      Département fédéral de l’environnement,
des transports, de l’énergie et de la communication
Service de presse

Renseignements : Service d’information de l’Office fédéral des routes, tél. 031 324 14 91



Plus de communiques: Bundesamt für Strassen ASTRA

Ces informations peuvent également vous intéresser: