Bundesamt für Strassen ASTRA

ASTRA: Les objectifs de la politique nationale de sécurité routière sont esquissés

      Berne (ots) - D'ici à 2010, il s'agit de ramener à moins de 300 le
nombre annuel de tués sur les routes et à moins de 3000 celui de
blessés graves. Cet objectif sous-tend le travail des groupes de
spécialistes qui, sous l'égide de l'Office fédéral des routes,
élaborent un projet de nouvelle politique de sécurité routière. Une
première partie de l'ébauche de ses fondements vient d’être formulée
dans le cadre du processus lancé, fondé sur la participation.
Jusqu'à cet automne, les organes composés de spécialistes –
représentatifs des milieux concernés – présenteront la stratégie
destinée à atteindre ces buts. Quant au train de mesures visant à
mettre cette dernière en œuvre, il ne sera pas défini avant que
ledit processus n'arrive à son terme, soit à fin 2004. On ne sait
pas encore laquelle des pro- positions actuelles sera retenue.

    La nouvelle politique de sécurité routière a pour but de réduire le nombre annuel de tués à mois de 300 et celui de blessés graves à moins de 3000 d'ici à 2010, contre respectivement 544 et 6194 en 2001. Ensuite, la réduction devra se poursuivre à raison de 30 % au minimum par tranche de dix ans. Les partenaires luttant contre la route meurtrière entendent y parvenir au moyen de cinq objectifs principaux :

    - La société et l'économie mettent la sécurité routière sur un pied d’égalité avec la mobilité. - Les usagers de la route ont un comportement sûr, respectueux des autres et responsable. - Tous les véhicules sont techniquement sûrs et favorisent la sécurité routière. - Les infrastructures routières sont conçues, entretenues et exploitées de manière à assurer la sécurité du trafic. - Le sauvetage des victimes d'accident se fait rapidement et de manière compétente.

L'étape suivante consistera à élaborer la stratégie permettant d’atteindre les objectifs fixés. Le projet de nouvelle politique de sécurité routière sera achevé d’ici à décembre 2004

    Sous l'égide de l'Office fédéral des routes (OFROU), la nouvelle politique de sécurité routière est développée et formulée dans le cadre d'un processus auquel participent, dans cinq groupes de spécialistes et un comité d'appui, quelque 80 personnes issues d'associations professionnelles, de groupements d'intérêts, d'autorités cantonales et communales, des milieux économiques et politiques.

    Ce processus de participation se divise en cinq étapes : I : Cerner le problème, attribuer le mandat II : Formuler la vision et les objectifs III : Elaborer la stratégie IV : Elaborer le système d'évaluation V : Choisir les mesures.

    Premier du genre, le présent rapport de synthèse est le fruit des deux premières étapes. Le compte-rendu de la troisième étape sera élaboré dans le courant de cet été. Le processus en question se terminera à l'issue des étapes IV et V et débouchera, probablement à la fin de 2004, sur le choix des mesures, après quoi le rapport final présentant des propositions quant à la suite des opérations sera soumis au Département fédéral de l'environnement, des transports, de l’énergie et de la communication.

    A cet égard, il importe de commencer par formuler les objectifs, la stratégie et les critères du choix des dispositions à prendre. C'est sur cette base que ces mesures pourront alors être élaborées dans une démarche commune. Celles qui ont été proposées dans le rapport final de mai 2002 du mandat de recherche confié au Bureau suisse de prévention des accidents (bpa) pourront être reprises dans le processus en cours, complétées, modifiées ou ignorées.

Mobilité sans tués ni blessés graves

    Vu l'importance que joue la mobilité dans notre vie sur les plans social et économique, il faut éviter de la restreindre. Cependant, l'avantage qu’elle nous procure se paie au prix fort, humainement et financièrement, par les morts et les blessés graves victimes de la route. La nouvelle politique de sécurité routière repose sur la « VISION ZERO », c’est-à-dire un trafic qui ne tue ni ne blesse grièvement. Ce tableau idéal, malheureusement impossible à réaliser, doit lui servir de fil conducteur. En d'autres termes, il ne faut plus accepter d'accidents corporels graves ou mortels sur les routes.

OFROU    Office fédéral des routes

Service de presse

Renseignements: Service d’information de l’Office fédéral des routes, tél. 031 324 14 91



Plus de communiques: Bundesamt für Strassen ASTRA

Ces informations peuvent également vous intéresser: