Metas Bundesamt für Metrologie und Akkre

Une seconde de différence en 30 millions d'années ! Heure d'été

      (ots) - Berne-Wabern, 23 mars 2004. La seconde est l'unité
physique dont la réalisation est la plus exacte. L'Office fédéral de
métrologie et d'accréditation (METAS) abrite une horloge atomique
qui comptent parmi les plus exactes du monde : deux de ces horloges
mises en marche simultanément n'afficheraient pas plus qu'une
seconde de différence après 30 millions d'années !

    Dimanche matin les horloges devront passer à l'heure d'été, donc être avancées de 02:00 h. à 03:00 h. Il est facile de se souvenir du signe de cette correction : au printemps quand tout commence à pousser les horloges sont avancées d'une heure; en automne la nature se prépare au sommeil hivernal et les aiguilles sont reculées d'une heure. L'heure perdue le dimanche 28 mars sera récupérerée dimanche 31 octobre.

L'exactitude est nécessaire

    En Suisse l'Office fédéral de métrologie et d'accréditation (METAS) est responsable de l'élaboration de l'heure exacte. Pour ce faire le laboratoire temps et fréquence exploite cinq horloges atomiques commerciales. Avec 45 autres instituts chronométriques totalisant quelques 200 horloges atomiques, METAS contribue à la détermination du temps universel coordonné (UTC) établi par le Bureau International des Poids et Mesures (BIPM) à Paris.

    METAS a récemment mis en fonction une horloge atomiques qui figure parmi les plus exactes du monde. Développée en collaboration avec l'Observatoire cantonal de Neuchâtel, cet étalon primaire de fréquence fonctionne avec des atomes de césium refroidis à une température proche du zéro absolu (-273 °C) par des faisceaux laser. De ce fait, les atomes ne se déplacent plus qu'à une vitesse de quelques centimètres par seconde ce qui permet de déterminer très exactement leur fréquence propre. Avec le nouvel étalon primaire de fréquence, METAS est en mesure de réaliser très exactement l'unité de temps seconde : si deux de ces horloges étaient mises en marche simultanément, elles n'afficheraient pas plus qu'une seconde de différence après 30 millions d'années !

    La recherche d'une telle exactitude n'est pas un but en soi. Elle est nécessaire dans de nombreuses applications de haute technologie dont l'impact s'étend à notre vie quotidienne. Les systèmes de navigation par satellite tels que Galileo ou GPS, par exemple, sont d'autant plus précis qu'on arrive à réaliser des fréquences exactes. Les télécommunications et l'astronomie aussi profitent de ce développement. Et finalement, le nouvel étalon primaire de fréquence aidera la Suisse, pays horloger par excellence, à se repositioner dans le peloton de tête des laboratoires temps et fréquence.

    Ce texte peut être téléchargé sur le site www.metas.ch/fr/medien.

Pour d'autres informations : Gregor Dudle, chef du laboratoire temps et fréquence, tél. +41 31 32 33 298, gregor.dudle@metas.ch



Ces informations peuvent également vous intéresser: